Article sur la fin de l’Antiquité dans le Mâconnais

Retour sur l’œuvre d’un médiéviste marxiste : Guy Bois (1934-2019)

            Nous tenons à remercier vivement Bernard Drevon qui, à l’occasion de la disparition de Guy Bois, nous a proposé une discussion de l’un de ses ouvrages La mutation de l’an mil. Lournand, village mâconnais de l’Antiquité au féodalisme (préface de George Duby, Fayard, 1989). Le regard des sciences sociales, qui est celui de Bernard Drevon, nous semble du plus haut intérêt pout le type de problématique que défendit durant toute sa vie Guy Bois.

Avant propos

Nous venons d’apprendre la disparition de Guy Bois le 8 juin 2019 à l’âge de 84 ans (voir Le Monde du 17 juin – article de Philippe-Jean Catinchi). Il nous a semblé légitime de  rendre hommage à ce spécialiste d’histoire médiévale en rappelant tout l’intérêt méthodologique de cet ouvrage sur Lournand, village situé près de Cluny en Saône et Loire. Nous espérons que ces quelques notes susciteront l’intérêt et donneront envie au lecteur de se plonger dans l’original.  Se situant dans la continuité de Georges Duby (auteur de la préface et d’une thèse fameuse sur le Mâconnais – La société aux  XI° et XII° siècles dans la région mâconnaise, 1953, 2° édition, Paris, 1971) et de Pierre Bonnassie, (« Survie et extinction du régime esclavagiste dans l’Occident du haut Moyen Âge (IV°-XI° siècles) », Cahiers de civilisation médiévale, 1985),  Guy Bois souhaitait analyser à partir de cette histoire locale, les ressorts de la rupture qui se serait produite autour de l’an mil, notamment dans la région de Cluny, donnant naissance à un nouveau système social, « la société féodale ».

Ces notes visent aussi à rendre justice à cet auteur, trop vite catalogué comme marxiste dogmatique (voir l’article du Monde cité), alors que sa pensée est bien plus complexe, nourrie des apports des sciences sociales de son temps, originaires d’horizons méthodologiques et idéologiques variés. Il est vrai qu’en refusant de céder sur le plan conceptuel, en maintenant notamment les concepts de système, de structure, de rupture, et en cherchant à donner un sens à ces processus historiques, il ne pouvait que susciter la critique virulente de ses adversaires théoriques qu’il qualifie de partisans d’une « histoire en miettes », dans un contexte idéologique marqué par la crise du marxisme et la critique des grands modèles inspirés des sciences sociales.

Quelques éléments introductifs

            Non seulement l’action se situe dans un village obscur, mais elle se déroule au cours d’une période parmi les plus mystérieuses de notre histoire. Le X° siècle n’a guère laissé de traces dans la mémoire collective : rien entre la disparition des grandes figures de la dynastie carolingienne (Pépin le Bref, Charlemagne, Louis le Pieux) et l’émergence d’une autre dynastie (Hugues Capet – 987).

            Le X° siècle a précédé l’accouchement de la société féodale. Il est un temps de gestation. Il est caractérisé par beaucoup de questions restées sans réponse : par exemple origine et ampleur de la croissance économique médiévale ? Quid de la question du renversement de l’histoire urbaine ? (Après un long processus de désurbanisation amorcé dès le Bas Empire suivi à partir de la fin du X° siècle, d’un processus d’urbanisation qui bouleverse la société médiévale…).

            Sur l’identité de la société médiévale, il conviendrait d’interroger les notions dominantes : notion de « Moyen Âge » (qui date de la Renaissance) par exemple pour analyser la période entre la chute de l’empire romain et les grandes découvertes caractérisée par des traits comme le morcellement politique, une aristocratie maîtresse de la terre, une forte prégnance du christianisme. Georges Duby met en cause ceci par son concept de « révolution féodale ». Pierre Bonnassie montre la persistance de l’esclavage durant toute l’époque franque. Enjeux : à partir du moment où l’on fait naître le Moyen Âge au lendemain des invasions, on oblitère le processus de genèse de la nouvelle société ; on met l’accent sur la fusion entre vainqueurs et vaincus, sur leurs apports respectifs en matière d’institutions, de religion, ou d’économie. Le changement social se dilue dans le long terme, comme la résultante d’influences ethno-culturelles. On néglige le fait que toute société humaine est fondée sur un ensemble de structures qui donnent à son fonctionnement une cohérence et une rigidité incompatibles avec une transition insensible d’un type de fonctionnement à un autre.

            Pourquoi Lournand ?

            Cette période est caractérisée par la rareté des sources (recul de l’écrit). Avec Lournand, nous disposions d’un observatoire exceptionnel. En 909 ou 910, une petite communauté de moines, sous la direction de l’abbé Bernon s’installe à Cluny, à l’initiative de Guillaume le Pieux, duc d’Aquitaine et comte de Mâcon. Elle est dotée de terres et de biens correspondant en gros au terroir de Cluny. Cette communauté animée par une large ambition de réforme monastique rayonne au-delà et s’efforce d’accroître son patrimoine foncier, par des acquisitions et surtout en suscitant des donations liées à son discours social (dénonciation de la richesse des puissants et soutien aux pauvres). D’où la rédaction d’un très grand nombre d’actes précisant le nom des donateurs, la nature du bien concerné, sa superficie et sa localisation, avec mention des confins (documentation sans équivalent dans l’espace français du X° siècle). De plus Lournand est relativement éloigné des centres urbains (Mâcon), situation la plus commune car le réseau urbain n’a pas encore été modifié par la dissémination des petits bourgs ; il reproduit les mailles très lâches du réseau urbain gallo-romain. L’auteur insiste sur ce point car il considère que l’on a trop dans le passé commenté les « polyptyques », inventaire de grands domaines laïques ou ecclésiastiques qui décrivent des vastes unités d’exploitation de plusieurs centaines d’hectares, divisés en deux éléments : une « réserve » exploitée au profit du propriétaire et des terres confiées à des tenanciers sur des tenures ou « manses » (certains libres, d’autres non libres). Cette représentation classique du monde carolingien laissait à indiquer que l’on est passé insensiblement du grand domaine carolingien au régime seigneurial, que le statut des libres et non libres se rapprochait insensiblement et que l’esclavage avait disparu.

            Or ceci est l’objet de rectifications : l’on s’est aperçu qu’il existait un puissant secteur de petite propriété paysanne échappant totalement aux cadres de ce régime domanial ; le grand domaine domanial serait plutôt l’exception que la règle (autour de Paris à l’ombre du pouvoir franc et autour de grands monastères).

            Lournand permettrait d’échapper à ces situations d’exception. Dès que l’on s’éloigne de 8 à dix kilomètres de Mâcon, le domaine comtal ou épiscopal perd toute consistance, et la puissance publique ne s’exerce plus avec la même force. Il s’inscrit dans un « pays », le Mâconnais au développement agricole précoce. La préhistoire est à chaque pas présente. Les Gaulois s’y sont pressés et furent sans doute à l’origine de cette remarquable « civilisation des hameaux ». Puis vint Rome et avec elle un semis dense de villae véritables exploitations de type colonial (voir le hameau de Collonge). Il n’y manque pas les Germains (Burgondes et surtout Francs) installés de l’autre côté de la rivière Grosne dans le hameau de Varanges… Tous les ingrédients classiques de la future société féodale se retrouvent dans l’échantillon. Bonne illustration de la France centrale avec toutefois une situation très favorable : terres faciles à cultiver, coteaux calcaires à faible pente…

            Enfin le rôle joué par Cluny dans la mutation de l’an mil est essentiel : les moines en furent les protagonistes principaux sur le plan de la théorie et de l’action (voir la fin de l’ouvrage).

            Nous pouvons maintenant partir de la conclusion qui donne de précieuses indications sur la méthode de l’auteur et sur les lignes directrices de son étude. Comme il le souligne son ouvrage n’est ni une monographie locale, ni un essai d’histoire générale (à partir d’une idée simple : l’examen approfondi du particulier rapproche plus du général qu’il n’en éloigne).

            Comme il l’indique, son travail s’inscrit dans une démarche à caractère prospectif : indications de pistes à explorer, invitation à une relecture de la genèse de la société féodale, c’est-à-dire à une certaine recomposition de la matière historique. Cette recomposition est une utopie mobilisatrice et stimulante : elle contraint l’historien à privilégier la recherche de corrélations entre les phénomènes les plus divers, à s’intéresser moins à l’objet pris en lui-même qu’aux liens qui l’unissent à d’autres ; elle présuppose la rationalité des processus qui transforment les sociétés.

            Ceci ne va  pas sans risque : l’abandon de l’empirisme pousse à décoller du réel : le choix d’un modèle ne va pas sans une part de schématisation abusive. Il critique l’historiographie de son temps : le courant traditionnel est attaché à la notion de « Moyen Âge », la « société féodale » toujours définie comme une société organisée autour du fief. S’interroger sur une autre nature du système féodal, supposer l’existence de systèmes sociaux englobant tout à la fois l’économique, le social, le politique est exclu. L’autre courant qui revendique l’appellation de « nouvelle histoire » en intégrant les apports des autres sciences sociales n’est pas moins critique vis-à-vis des perspectives globalisantes et débouche sur « une histoire éclatée », une « histoire en miettes ». L’auteur souhaite conserver l’ambition d’une histoire totalisante refusant l’empirisme archaïque et la modernité tapageuse. In fine, l’auteur vise l’objectif d’une meilleure compréhension du passage de la société antique à la société féodale. 

Problématiques partielles :

1- La société franque est demeurée une société esclavagiste et appartient de ce point de vue à la famille des sociétés antiques. Ceci contredit l’affirmation selon laquelle l’esclavage aurait fait la place à une condition juridique et sociale nouvelle (le servage), tout en admettant sans réserve qu’il s’agit d’un « esclavage amélioré » et que l’esclave est avant tout un esclave de petite production, installé avec sa famille sur un lot de terre ; ceci étant fondamental puisqu’il porte en lui la possible disparition de l’esclavage dans la mesure où il confère à l’esclave une certaine autonomie génératrice de sa promotion sociale.

            Le maintien de l’esclavage s’effectue dans le cadre de « petits domaines », structure majeure et largement supérieure en effectifs humains au « grand domaine ». Ces structures sont les bases du conservatisme social, leurs propriétaires s’accrochant jusqu’au bout à ce rapport social dans l’incapacité qu’ils sont de s’imposer à des hommes libres.

            Ailleurs sur les grands domaines de la haute aristocratie civile ou religieuse, esclaves et colons s’y côtoient ; leurs conditions se rapprochent et parfois se confondent, des mariages mixtes interviennent. Ce sont ainsi des creusets où s’élaborent une nouvelle condition paysanne, signe avant coureur d’une « recomposition sociale ».

2 – La société franque repose, à l’instar de la société antique, sur trois pôles : une aristocratie, des esclaves et des communautés de paysans libres. L’aristocratie s’apparente davantage à l’aristocratie antique qu’à la future aristocratie féodale : elle tient son hégémonie de la possession d’esclaves et tirent ses profits du pouvoir. Mais cette classe est condamnée du fait de la dégradation du pouvoir étatique dont elle tirait l’essentiel de ses ressources. Elle dispose de moins de moyens pour encadrer des communautés rurales plus vivantes, plus nombreuses et plus prospères. La rénovation carolingienne a été l’ultime tentative pour renverser le cours des choses, remettre sur pied une autorité centrale, rétablir sa fonction distributive (par la voie des conquêtes, des confiscations de biens d’Eglise et l’établissement de la dîme). L’échec conduit à la dislocation de la classe dirigeante : rébellion de ses éléments inférieurs en voie de déclassement, scission de la haute aristocratie entre partisans de l’ordre politique traditionnel et les promoteurs d’un ordre nouveau. La révolution féodale en est issue : elle établit une aristocratie d’un type nouveau dont la domination s’étend sur l’ensemble de la paysannerie (et non plus sur sa seule fraction servile) grâce à l’accaparement dans un cadre territorial restreint de l’ancienne puissance publique. Elle tire ses revenus du ban et des prélèvements sur les tenures paysannes. Il s’agit d’une autre classe sociale, d’une aristocratie féodale (même si la plupart de ses membres sont issus de l’ancienne).

            La paysannerie libre, classe muette, est elle victime de son silence et de la rareté des sources. On devine son renforcement en nombre, en cohésion, en efficacité technique et en conscience sociale (sous forme religieuse). Elle contribue à déséquilibrer l’ordre ancien et à faire naître l’ordre nouveau. Elle disparaît en tant que telle pour se fondre dans une classe de paysans dépendants ou tenanciers, largement unifiée.

            Avant et après l’an mil donc, deux dispositifs de classes nettement différenciées, l’un de type antique, l’autre de type féodal.

3- Sur le plan de l’échange et du rapport ville/campagne, on retiendra que ce dernier est resté de même nature que dans la société antique. Il s’agit d’un rapport unilatéral de domination et d’exploitation mais en voie d’affaiblissement constant. Ce phénomène engendre à la fois le déclin de la ville, la ruralisation de la société, l’essor des campagnes. Les nouvelles dominations locales issues de la révolution féodale accélèrent l’essor des échanges locaux et établissent un couple ville/campagne de caractère inédit, fondé sur des relations réciproques sans que disparaisse la fonction de domination de la ville. Le système féodal est porteur du renouveau commercial ; il est fondamentalement marchand et fera place à une classe marchande intégrée à l’ordre féodal. En introduisant l’ordre du marché à la base même de la société, il confère à l’économie une autonomie nouvelle ; il a ainsi desserré le corset politique qui l’étreignait.

4- La croissance agraire a été un phénomène historique central dans l’histoire franque. Elle a bénéficié du relâchement de l’emprise urbaine et fiscale, a pris appui sur le renforcement de la cellule conjugale et des solidarités villageoises et accompagné les progrès de la petite production dans le cadre de l’exploitation paysanne et plus encore dans le cadre du petit domaine dont le rôle est décisif sur le plan technique. Elle a contribué à rendre obsolète le rapport servile. Elle crée les conditions d’un renouveau de l’échange et d’une division du travail plus poussée. Elle met à nue les archaïsmes sociaux, engendre déclassement et déséquilibres pour les uns, espoirs pour les autres ; elle est par nature déstabilisante. Voir l’abbé Odilon qui comprend qu’il peut asseoir la prospérité de son monastère sur une puissance économique locale à condition de ménager les producteurs et les protéger. Sa pensée s’inscrit directement dans un contexte de croissance agraire. Emergence de l’économique face au politique contrairement à l’idéologie des vieux évêques de tradition carolingienne pour lesquels seuls comptent le politique et le pouvoir.

5- Dernière proposition : la période franque s’achève sur une rupture dans tous les aspects de la vie sociale : nouvelle distribution des pouvoirs, nouveaux rapports d’exploitation (la seigneurie), nouveaux mécanismes économiques (l’irruption du marché), nouvelle idéologie sociale et politique.

Problématique centrale

            Sa formulation s’organisera autour de trois notions : structure, processus, rupture.

Première proposition : nous sommes en présence de deux ensembles de structures, à la fois cohérents et distincts. L’un, directement hérité de l’Antiquité, l’autre né de la révolution féodale. Ce sont des ensembles complets traversant tous les aspects de la vie sociale. Le premier est l’ensemble « antique » au sens de Moses Finley. Mêmes caractéristiques sociales, mêmes caractéristiques économiques avec l’existence de deux circuits (une économie urbaine foncièrement parasitaire, répondant aux seuls besoins de l’élite sociale ; une économie rurale repliée sur elle-même, à faible circulation monétaire, soumise à un régime tributaire). Au centre du dispositif, l’Etat dont le rôle économique et social était déterminant. Finley concevait une logique de transformation conduisant à l’hypertrophie de l’Etat et finalement à sa ruine finale avec la chute de l’empire romain. Ici Guy Bois se distingue de Finley. Bien entendu les migrations germaniques engendrent des changements considérables. Mais pour lui rien d’essentiel n’est modifié dans les structures économiques, sociales et mentales… Le système continue à fonctionner mais de plus en plus mal : brisure de l’Etat et affaiblissement de ses fonctions, lente déstructuration du système antique.

            Point d’arrivée : cristallisation d’un autre ensemble de structures tout aussi cohérent, qualifié de féodal. Paysannerie dans son entier placée dans un rapport de dépendance nouveau (la seigneurie foncière et banale), face à une aristocratie dont l’hégémonie repose sur des bases différentes. Autres structures économiques : naissance du marché, nouvelle articulation ville/campagne, prédominance de la petite production familiale. Autres structures politiques : exercice d’un pouvoir direct par l’aristocratie sur l’ensemble des producteurs. Autres représentations idéologiques : vision des trois ordres par Odilon. Chacune de ces structures a cheminé plus ou moins isolément au sein de l’ancien système, à travers des processus de longue durée.

Deuxième proposition : dans le passage d’un ensemble à l’autre les fils directeurs sont constitués par des processus de longue durée affectant aussi bien l’Etat que l’économie, la vie religieuse ou les structures sociales (non sans blocages ou reculs momentanés). Parmi ces processus l’affaiblissement des fonctions de l’Etat, l’atrophie succédant à l’hypertrophie (cf inversion du schéma de Moses Finley). La sève (l’impôt) ne monte plus. D’où l’étiolement de la ville, le déclin du grand commerce par contraction de la demande urbaine, le ralentissement des échanges et de la circulation monétaire… Inversement les processus de recomposition s’esquissent dans les étages inférieurs de l’édifice social : essor de la petite production familiale et croissance agraire, grâce au desserrement de l’étau fiscal, renforcement de la cellule conjugale, progrès de l’emprise cléricale renforçant la cellule de production domestique… La christianisation des campagnes peut être vue comme l’un des processus de longue durée participant à la transformation globale de la société : effacement de la frontière morale séparant l’homme libre de l’esclave, fait naître l’idée d’un peuple chrétien, accélère les mutations sociales et contribue donc à la promotion de la paysannerie et facteur de croissance agraire. La poussée des forces économiques a donc pour premier terreau la décomposition du système antique ; à son tour elle agit sur elle en poussant vers l’avant tel ou tel de ses processus particuliers. Pas simple juxtaposition de processus particuliers de décomposition et de recomposition, mais entre les uns et les autres des relations dialectiques constantes… Processus révolutionnaire donc.

Deux caractéristiques de ce processus :

L’interaction entre l’ancien et le nouveau – voir le processus monétaire par exemple avec déclin de la monnaie d’or (luxe, élites urbaines) héritée de Rome,  émergence de la frappe d’argent et apparitions du denier, puis apparition du monnayage local et pénétration en profondeur de l’outil monétaire dans le tissu rural… La part des facteurs de type ancien recule progressivement au profit des facteurs de type nouveau (croissance lente, puis accélération).

Deuxième caractéristique : rien ne permet d’affirmer qu’il soit dominé par le primat de telle ou telle instance (économique, sociale, politique, idéologique…). La dialectique de l’ancien et du nouveau ne s’inscrit pas dans des strates superposées et étanches ; elle se développe verticalement à travers toute l’épaisseur de la société. Toutefois, suivant les périodes, tel ou tel facteur est placé dans un rôle particulièrement actif : crise de l’Etat d’abord ; puis l’économique à partir du VIII° siècle ; enfin l’idéologique est placé au terme de la période en position déterminante. Voir l’inégalité de rythme au sein de la matière historique : précipitation dans l’ordre politique, respiration plus lente de l’économique, immense inertie enfin des mentalités sociales… Si l’ordre ancien s’est maintenu si longtemps, c’est peut-être en raison de la prégnance des mentalités esclavagistes ?

Troisième proposition :

            La troisième notion est celle de rupture. Pas de transformation insensible du monde antique au monde féodal. La société franque se rattache au modèle des sociétés antiques. Les lentes maturations qui se produisent en son sein s’achèvent sur une rupture globale. En Mâconnais, 20 à 25 années suffisent pour bouleverser le paysage social de fond en comble.

Principaux traits :

  • elle apparaît quand la société, sous l’effet de déséquilibres multiples d’ordre économique, social et politique, ne peut plus être gouvernée comme par le passé et sombre dans l’anarchie (les violences des hommes de guerre) ;
  • Elle est rupture dans tous les domaines, elle cristallise en un ensemble ou système nouveau tous les éléments apparus antérieurement (condition des hommes, des terres, distribution du pouvoir, des mécanismes économiques et des représentations sociales) ;
  • Dans la sphère économique explosion de l’échange et du marché dans la décennie 970-980, bridés jusque là par le maintien des cadres antiques.

Incidences conceptuelles

            Deux principales :

            Que sont ces « ensembles de structures » ou « systèmes sociaux » (antique et féodal) ?

            Que penser du concept de mode de production (marxisme, matérialisme historique) ? Intérêt : souligner la présence de rapports d’exploitation spécifiques. La mutation féodale ne fait pas exception avec la mise en place d’un nouveau rapport d’exploitation, dans la manière de bénéficier du travail d’autrui. Mais ce qui est en cause c’est l’usage qu’en fait le marxisme traditionnel. La prétention à en faire le concept le plus globalisant est injustifiable. Vouloir expliquer les principaux changements intervenant au sein d’une société donnée par le seul jeu du mode de production, de ses contradictions et de la lutte de classe est une démarche terriblement réductrice. Situer le changement décisif dans l’apparition du colonat romain, gommant tout le reste de la réalité sociale, ignorant la persistance d’un esclavage essentiel et la continuité globale des structures antiques, ignorant pour finir la révolution féodale elle-même.

Le concept de système social est pris ici dans un sens plus large. Il englobe le mode de production (lequel est le fondement du système) mais le dépasse. Il exprime la cohérence d’un ensemble de structures au-delà du seul rapport d’exploitation. Référence à Finley qui lorsqu’il parle du système antique, le rattache à l’esclavage, mais n’omet pas le rôle structurant de l’Etat (notamment par l’exploitation des paysans libres par la voie fiscale), ni l’existence d’une économie au fonctionnement original. La contradiction maîtres/esclaves n’est pas seule à peser, peut-être reléguée au second plan par la logique du système social…

            La notion de système social a-t-elle une relation de parenté avec celle de d’ « économie-monde » de Fernand Braudel ? (cf centre, zones concentriques, périphéries) Son approche privilégie l’économique au détriment du social, la sphère de l’échange au détriment de la production ; elle se voulait une alternative aux exigences globalisantes du marxisme. Son apport est capital. On doit y puiser en abondance. Le système social n’est pas seulement un ensemble cohérent de structures, il a une projection dans l’espace, des frontières, un centre, des zones concentriques ; il forme un tout organique au sein duquel l’échange inégal joue un rôle. Le système antique était une économie-monde dominée par Rome, puis par Constantinople. La Gaule mérovingienne était-elle autre chose qu’une périphérie en voie de décrochement d’un ensemble dont les impulsions venaient toujours des rives du Bosphore ? Le petit trafic qui animait le port de Mâcon n’était qu’une ramification ultime d’un grand commerce dont les flux principaux étaient issus de la Méditerranée orientale. La déstructuration du système antique en Occident passa aussi par le relâchement de l’emprise du centre sur la périphérie, par l’autonomie croissante de la chrétienté latine sur tous les plans, religieux, monétaires et commercial, politique. Pas d’uniformité non plus et inscription des processus dans l’espace.

            Deuxième question : elle a trait à la dynamique des systèmes sociaux. Dans la mesure où le système social englobe un mode de production sa dynamique lui doit beaucoup. A l’arrière plan ultime le passage de la société antique à la société féodale s’enracine dans la crise de l’esclavage, dans l’impossibilité de maintenir dès le Bas-Empire l’exploitation servile dans ses formes les plus abruptes. Mais les esclaves n’ont pas renversé le système antique. Leur lutte de classe a surtout consisté à consolider pas à pas leur promotion et à s’intégrer dans le « peuple chrétien ». Inversement, la paysannerie libre n’avait pas pour objectif de mettre à bas l’ordre antique, mais son dynamisme a grandement contribué à l’ébranler. De même, l’aristocratie quand elle participe au démantèlement de l’Etat. De l’action des forces sociales vient assurément toute la dynamique. Mais cette action présente des formes et emprunte des voies souvent inattendues. Celles-ci ne déterminent pas la nature des processus (elle est dictée par la structure elle-même), mais elles freinent ou accélèrent le cours. Leur action s’inscrit dans le cadre qui leur est imposé et dont elles ne peuvent s’affranchir.

D’où un résultat parfois paradoxal. Ici le paradoxe réside dans le fait que la révolution féodale ait pris appui sur le mouvement même de la paysannerie : sur son ascension dans le long terme et sur son intervention directe dans la phase finale. Cette classe a ainsi contribué à mettre en selle ceux qui devaient la dominer et l’exploiter pendant des siècles dans le cadre seigneurial. Mais également cette révolution aura donné accès au paysan à un nouveau statut socio-économique qui lui garantit à travers la tenure, la stabilité de ses droits sur la terre, ce qui en fait un agent économique à part entière, doté d’une réelle autonomie dans la production et dans l’échange. Véritable âge de la paysannerie, cette révolution eut certes un visage oppressif, mais elle fut d’abord libératrice.

Conclusion

            Comme nous l’avons évoqué en avant propos, cet ouvrage a fait l’objet de critiques nombreuses. L’ouvrage le plus directement attaché à la critique de la thèse défendue par Marc Bloch, Georges Duby, Pierre Bonassie et Guy Bois est sans doute celui de Dominique Barthélemy, intitulé La mutation de l’an mil a-t-elle eu lieu ? Servage et chevalerie dans la France des X° et XI° siècle, Paris, Fayard, 1997.

            Pour cet auteur, il conviendrait de « changer de système d’interprétation » et de rompre avec le « paradigme dominant » que serait devenu à son époque (les années 1980) la « mutation féodale » dans lequel s’inscrivait Guy Bois. Les historiens auraient trop souvent pris leurs idéaltypes pour des « réalités vraies », imposant à la réalité complexe une interprétation partielle, pur produit de « notre « esprit ». Rejetant la mutation féodale, il lui préfère la thèse des « ajustements successifs ». Il nourrit sa critique par un corpus impressionnant visant à nuancer et à affiner son approche par la saisie de la complexité.

            N’étant pas spécialiste d’histoire médiévale, nous nous contenterons de renvoyer le lecteur à ces ouvrages et à la constatation qu’il est sans doute temps de revenir avec sérénité à une réévaluation des modèles issus des sciences sociales pour saisir la complexité du réel, sans abdiquer avec la rigueur et la prudence qui sied à la quête des faits.

 

Bernard Drevon, professeur agrégé,
Saint Pierre le Vieux, juillet 2019

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.