Pratiques religieuses et pratiques marchandes : la question de la rationalité dans l’échange marchand en Grèce classique

Résumé : Pratiques religieuses et pratiques marchandes : la question de la rationalité dans l’échange marchand en Grèce classique. Par Louise Fauchier

             Malgré l’importance des pratiques religieuses dans la vie privée des Grecs, le rôle du religieux dans les relations marchandes a été peu envisagé. Pourtant, analyser les relations économiques par le prisme du religieux ouvre de nouvelles perspectives. Les serments et les defixiones constituent deux entrées possibles pour interroger les relations interpersonnelles sur les marchés. Dans le cadre de ce séminaire nous interrogeons particulièrement le rôle des serments dans l’échange et leur place dans la construction de la confiance entre les partenaires[1].

À l’époque classique, serments et jurons accompagnent les échanges du marché[2]. Certains textes mentionnent particulièrement les parjures des protagonistes du marché, surtout des marchands, kapèloi et petits vendeurs, dont le comportement général apparaît presque toujours comme méprisable dans les sources littéraires. En dehors des échanges courants du marché, des serments apparaissent, de manière très ponctuelle dans la documentation, pour sceller divers types de transactions d’affaires dans le monde grec : accords de ventes, prêts, baux locatifs, actes d’affranchissement par vente au dieu. À Athènes, il semble que la prestation de serment n’était pas systématique dans le cadre des transactions d’affaires, du moins pas au IVe siècle[3]. Dans le même temps, il apparaît qu’au Ve et encore au IVe siècle, il n’était pas rare de prêter serment ou de prendre un engagement solennel (impliquant une composante religieuse) afin de sceller un accord marchand, financier ou un partage patrimonial, particulièrement lorsqu’il s’agissait de régler un contentieux.

La question de la confiance est centrale lorsque l’on étudie les échanges marchands. Or, serment et pistis sont indéniablement liés. Le terme même de pistis pouvait être employé pour désigner un serment. Il devait constituer une garantie pour ceux qui le prêtaient et ainsi établir, rétablir ou renforcer une situation de confiance. On peut dès lors se demander dans quelle mesure un serment pouvait participer à la construction de la confiance dans l’échange.

Dans les contextes de marché et de transactions d’affaires, l’objectif des serments semble être de renforcer la confiance afin que les parties impliquées parviennent à un accord. Pourtant, l’absence de serments dans le cadre d’importantes transactions au IVe siècle à Athènes conduit à nous interroger sur la confiance réelle que les Athéniens pouvaient leur accorder. Le serment en lui-même, aussi formel soit-il, n’était pas légalement contraignant, du moins pas à Athènes. Dès lors, ce sont avant tout les contrats et l’appareil juridique qui semblent conférer la pistis et permettre la réalisation de la transaction, du moins au IVe siècle, époque marquée à Athènes par le développement d’un droit plus rationnel et plus complexe, notamment en ce qui concerne les affaires maritimes[4].

D’une manière générale, à l’époque classique la confiance des Grecs, et particulièrement des Athéniens, dans les serments est questionnée[5]. Les sources de l’époque archaïque et classique attestent une certaine propension des Grecs au parjure et au contournement des serments. L’acte religieux apparaît insuffisant pour garantir une affirmation. Pour certains auteurs, la valeur du serment dépend du caractère de celui qui le prête quand, face aux abus, la prestation du serment n’est pas proprement remise en question, notamment lorsqu’un gain (kerdos) est en jeu.

 

[1]              Pour les serments dans les transactions nous pouvons consulter particulièrement : Glotz, G. « Jus jurandum ». Dictionnaire des antiquités grecques et romaines. III. 1900. p. 767-768 ; Plescia, J. The oath and perjury in Ancient Greece. Tallahassee : Florida State Univ. Press, 1970. p. 80-82 ; Plus récemment : Carter, D. Could a greek oath guarantee a claim right ? In Sommerstein, A. and Fletcher, J. (ed.). Horkos : The Oath in Greek Society. Bristol : Phoenix Press, 2007. p. 60-72 ; Carawan, E. M. Oath and Contract. In Sommerstein, A. and Fletcher, J. (ed.). Horkos : The Oath in Greek Society. Bristol : Phoenix Press, 2007. p. 73-80 ; Sommerstein, A. Oath in business transactions. In Sommerstein, A. and Torrance, I. C. (ed.). Oaths and swearing in ancient Greece. Series:Beiträge zur Altertumskunde 307, 2014. p. 67-75

[2]              Cf. l’anecdote bien connue d’Hérodote relatant les propos du Grand roi Cyrus concernant les marchés des Grecs : Histoires, I, 53 ; pour les jurons, nous pouvons consulter les dialogues de la comédie d’Aristophane, particulièrement les scènes d’échange présentes dans les Acharniens (v. 729-832, 860-958 et 958-970)

[3]              Cf. le contrat de vente de la parfumerie du Contre Athénogène d’Hypéride ainsi que les prêts maritimes du corpus démosthénien : Contre Phormion, 34 ; Contre Lacritos, 35 ; Contre Dionysodoros, 56.

[4]              Selon un principe de droit attique tout arrangement conclu d’un commun accord entre deux parties est contraignant. Toutefois les spécialistes ne s’accordent pas sur l’époque à laquelle apparaît cette loi générale sur les contrats : Gernet place la loi à l’extrême fin du Ve siècle (Gernet, L. Le droit de la vente et la notion de contrat en Grèce : d’après M. Pringsheim. In Gernet, L. Droit et société dans la Grèce ancienne. Paris : Sirey, 1955. p. 201-224). De même, Carawan, la situe vers 402 a.C. (Carawan, E. The Athenian Law of Agreement. GRBS 46, 2006, p. 339 et p. 372-73). En revanche, selon Phillips cette loi générale sur les contrats remonterait au VIe siècle, peut-être édictée par Solon (Phillips, D.D. Hypereides 3 and the Athenian Law of Contracts. Transactions of the American Philological Association 139, 2009. p. 89-122).

Concernant les dikai emporikai au IVe siècle : Cohen, E. E. Ancient Athenian Maritime Courts. Princeton: Princeton University Press, 1973.

[5]              Parjures et critiques relatives à l’emploi des serments : Glotz, G., op. cit., p. 768-769 ;  Hirzel, R. Der Eid: Ein Beitrag zu seiner Geschichte. Leipzig : S. Hirzel, 1902. p. 104-108 ; Plescia, op. cit., p. 86-88. Plus récemment : Sommerstein, A. The decline of oath ? In Sommerstein, A. and Torrance, I. C.  Oaths and Swearing in Ancient Greece, (ed.), Series : Beiträge zur Altertumskunde 307,  2014. p. 381-394

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.