Le travail et la communauté civique: les artisans et la conception de la citoyenneté dans le monde grec à l’époque hellénistique à la lumière de quelques exemples (par Eléonore Favier)

Résumé du séminaire du 1er mars 2017 par Eléonore Favier

Au contraire de ce que la littérature nous laisse paraître, les travailleurs manuels ne forment pas forcément les classes les plus pauvres, les moins influentes et les plus marginales de la société grecques. En effet, les auteurs anciens nous laissent penser que les artisans étaient méprisés par leur société. Ils sont également caractérisés, selon ces auteurs, par leur physique ingrat dû à leur profession. Xénophon explique ainsi qu’il est « bien naturel qu’on les tienne en grand mépris dans les cités ». Il décrit le corps de ceux qui sont « assis dans l’ombre de leur atelier » comme ruiné ; et ces individus comme hors de la société et de la cité.

Or, les dernières recherches, archéologiques et épigraphiques notamment, nuancent clairement ces informations. En premier lieu, il peut s’agir d’un travail très prolifique. On sait par ailleurs qu’ils étaient évidemment essentiels à la cité par leur production, cela transparait chez Aristote : « il faut des artisans ». Et s’il faut nuancer les propos des auteurs anciens, les artisans semblent exclus de la cité, polis, et de la classe dirigeante. Il transparait néanmoins que les ateliers sont des lieux d’échanges et de lien social[1], comme on le voit notamment grâce à la situation de certains ateliers/boutiques proche des agora et lieux publics, qui ne sont alors pas du tout repoussés hors des limites de la ville mais au contraire placé au centre de l’activité économique et politique de la cité.

Le monde hellénistique de l’époque est en pleine extension et s’ouvre, à la fois sur l’Orient et sur l’Occident. Des changements s’opèrent entre le IIème s. av. J. –C. et le Ier s. apr. J. –C., à tel point que P. Fröhlich et P. Hamon appelle cela une « période de mutation[2] ». Les cités de Délos et Rhodes sont de grandes places économiques et sociales de l’époque : villes cosmopolites, elles représentent parfaitement ce nouveau monde en mouvement constant.

Il est évident que ces changements géopolitiques ont eu une grande influence sur la société. Mais c’est dès l’origine que la citoyenneté est difficile à définir. Aristote aborde la question plus précise du statut des travailleurs manuels : ἢ καὶ τοὺς βαναύσους πολίτας θετέον;[3] Doit-on aussi admettre comme citoyens les travailleurs manuels ? Pour l’auteur, la politique est liée à la vertu, une qualité dont seraient dépourvus les artisans : οὐ γὰρ οἷόν τ’ ἐπιτηδεῦσαι τὰ τῆς ἀρετῆς ζῶντα βίον βάναυσον ἢ θητικόν.[4] On ne peut s’adonner à la pratique de la vertu, si l’on mène une vie d’ouvrier ou de manœuvre.

Un autre point important de cette question est la présence des associations, majoritairement attestées entre le IIème s. av. J. –C. et le Ier s. apr. regroupées dans trois grands types associatifs : les associations cultuelles, majoritaires, les associations « funéraires », et les associations professionnelles. On sait qu’elles sont une voie d’intégration sociale dans la cité. Peut-on aller jusqu’à dire qu’elles sont, par suite, une voie d’accès aux privilèges puis à la citoyenneté ?

Les sculpteurs, qui sont notre sujet d’étude, sont les outils d’un mode privilégié d’expression de la classe dominante dans la cité[5]. Ils sont donc au centre d’un réseau de tension politique mais également économique et financier très important et très intéressant. Il sera dans un premier temps plus particulièrement question des sculpteurs Rhodiens. Nous comptons ainsi 7 Tyriens dans les inscriptions de Rhodes entre le milieu du IIème s. et le Ier s. av. J. –C., et 3 d’entre eux sont identifiés comme sculpteurs. Il s’agit de Ἀρτεμίδωρος Μηνοδότου et ses héritiers, qui obtiendront pour certain ce que nous identifions comme la citoyenneté rhodienne. Sa famille s’installe à Rhodes au milieu du IIème s. av. J. –C. et produit des sculptures, apparemment toutes en bronze non seulement à Rhodes mais également à Halicarnasse, Athènes et Delphes, preuve d’une probable notoriété.

Les inscriptions donnent un TPQ pour l’octroi de la citoyenneté de Rhodes en 93 av. J. –C., date à laquelle le sculpteur, fils de Ἀρτεμίδωρος Μηνοδότου cesse de signer en tant que Τὐριος et signe comme Ῥόδιος. Nous voyons donc bien qu’il a une période charnière dans cette dynastie de sculpteurs, à la deuxième génération connue avec le remplacement de l’ethnique Τὐριος par le terme Ῥόδιος.

Une autre inscription peut nous éclairer, datée de la première moitié du IIème s. av. J. –C. Sur la face principale se trouvent les vainqueurs d’un concours inconnu. Sur la seconde face, on trouve une liste de « bienfaiteurs et bienfaitrices du koinon ». Le premier nom est le fondateur de l’association, suivit par ses fils, et sa fille. On ne connaît pas le nom de l’association par cette inscription, mais il s’agit sans doute des Ἀσκλαπιαστᾶν Νικασιωνείων Ὁλυμπιαστᾶν[6]. L’hypothèse de S. Maillot est qu’il s’agit d’une association de sculpteurs. Cinq d’entre eux sont directement identifiés comme tels[7], dont deux comme bienfaiteurs du koinon. On trouve dans cette inscription le terme de Rhodios à plusieurs reprises. Ces individus ont d’abord été identifiés comme des citoyens qui n’en avaient pas tous les droits. Or, les Rhodioi sont largement connus. Pourrait-on alors assimiler l’ethnique Rhodios avec la profession de sculpteurs ? Si cette hypothèse se révèle juste, il y a alors plus de sculpteurs dans la liste du koinon Ἀσκλαπιαστᾶν Νικασιωνείων Ὁλυμπιαστᾶν que pensé initialement.

Pour revenir à l’hypothèse du terme Rhodios renvoyant à une citoyenneté diminuée, cela pourrait être expliqué par l’origine des sculpteurs qui sont souvent fils d’immigrants et donc des citoyens naturalisés, ce sont des choses que l’on connaît dès le IVème s. pour les artistes[8]. Mais en même temps, ce terme n’est que très peu connu hors des signatures des sculpteurs. Quoi qu’il en soit, cette citoyenneté accordée par la cité uniquement à des individus choisis était mise en avant et exportée par les sculpteurs qui eux obtenaient sans doute une plus-value de cette position. Peut-être ce terme renvoie-t-il à une situation particulière, comme l’octroi de citoyenneté temporaire que nous connaissons chez deux céramistes athéniens devenus citoyens d’Ephèse[9]. Ce terme de Rhodios pourrait alors avoir une double référence, celle du groupe professionnel et celle du statut civil montrant alors la double appartenance des porteurs à ces groupes.

Il est également intéressant de voir, ce que l’on pourrait appeler l’ascenseur social. En effet, la visibilité que nous avons sur plusieurs générations permet de voir une évolution: un parent obtient l’epidamia tandis que ses enfants obtiennent le statut de Rhodioi. Peut-on alors en conclure que l’association est un moyen privilégié pour obtenir la citoyenneté rhodienne ?

On peut faire une analogie de cette situation avec ce que l’on voit à Athènes avec les Ἀθηναῖοι[10]. Il se pourrait que les sculpteurs athéniens ayant un démotique, étant par le fait citoyens, signent avec ce dernier à Athènes, mais utilise le terme d’Athenaios pour leurs signatures hors-la-ville, le démotique perdant sans doute en signification.

A Délos, on sait donc que, comme à Rhodes, les sculpteurs sont présents sur l’île, non seulement pour des productions publiques mais également pour des travaux effectués pour le compte du sanctuaire. Et la bonne conservation des comptes des hiéropes est une mine d’informations. Par exemple, la statue en l’honneur de Dionysos est renouvelée tous les ans et ses frais sont détaillés. On y voit alors le salaire du sculpteur et celui du peintre, chacun faisant 5 drachmes[11]. C’est donc Aristothalès, dont le patronyme ou l’ethnique ne sont pas précisés qui peint la statue en 282 av. J. -C.[12], 279[13] et 269 av. J. -C.[14], tandis que Sarpédon s’en occupe en 250 av. J. -C.[15] Il s’agit donc encore d’une fois d’un groupe professionnel actif et représentant une part économique substantielle. Néanmoins, outre les quelques informations que nous avons par l’ethnique présent dans les signatures, nous n’avons pas de visibilité sur les dynamiques sociales des sculpteurs. Ainsi, il n’y a pas d’informations sur un octroi de citoyenneté à Délos mais on sait par contre que les travailleurs manuels obtenaient des privilèges temporaires[16], ce qui fait écho à ce qui a été dit précédemment, sur l’octroi de citoyenneté temporaire pour deux céramistes athéniens mais surtout sur les privilèges.

Pour conclure, bien que l’on ne puisse pas donner de règles universelles et qu’il semble encore une fois que chaque cité avait son mode de fonctionnement propre, plusieurs points ressortent tout de même de cette étude. D’abord, la période hellénistique marque une période de transition et c’est l’apparition d’une certaine prise de conscience collective de la part des travailleurs manuels, illustrés dans ce propos par les sculpteurs rhodiens réunis. Par ailleurs, la nouvelle organisation du monde hellénistique a amené les cités à se réorganiser et à mettre en place de nouvelles dynamiques sociales et économiques. Citons les privilèges et octrois de citoyenneté accordés aux travailleurs manuels étrangers qui permettaient aux cités de les attirer. De manière générale, c’est également une période de positionnement nouveau pour le travailleur manuel, influencé par l’ouverture d’un marché plus grand que jamais. Cela est perceptible à travers les sculpteurs qui sont, nous l’avons vu, plus actifs. Et je suis persuadée que cela ne se limite pas aux sculpteurs mais est valable pour de nombreuses activités. Le travailleur manuel est en fait l’attestation souterraine, la preuve de l’ombre, des tractations et des tensions, non pas dans le sens de conflit mais dans le sens de lien, effectives dans les cités entre les individus et groupes d’individus ; mais également entre les cités elles-mêmes à l’échelle du nouveau monde hellénistique en construction : liens politiques, sociaux et économiques dont les travailleurs sont un des nœuds et dont ils ont pourtant été largement oubliés des études.

[1] Voir également M. –C. D’Ercole, « Skutotomos, sutor. Statuts et représentations du métier de cordonnier dans les mondes grecs et romains », in C. Apicella, M. –L. Haack, F. Lerouxel, Les affaires de Monsieur Andreau. Économie et société du monde romain (2014), p. 233-250.

[2] P. Fröhlich, P. Hamon, « Histoire sociale et phénomène associatifs dans les cités grecques d’époque hellénistique et impériale », P. Fröhlich, P. Hamon (éd.), Groupes et associations dans les cités grecques (IIIème siècle av. J. –C. – IIème siècle apr. J. –C. Actes de la table ronde de Paris, INHA, 19-20 juin 2009 (2013), p. 2.

[3] Aristote, Politique 1277b

[4] Aristote, Politique III, 1278a

[5] Pour aller plus loin : M. Szewczyk, « Portraits de notables à Ephèse et Pergame (IIe siècle av. J. –C. – IIIe siècle ap. J. –C.) : perception visuelle et rôle social », Histoire de l’Art 70 (2012), p. 53-59 ; F. Queyrel, « Les statues honorifiques entre texte et image », Pallas 93 (2013), p. 99-109.

[6] F. Hiller von Gaertringen, AM 25, 1900,p. 109-110, n° 108, l. 4.

[7] Démétrios, fils de Démétrios Rhodios ; Théon d’Antioche ; Démétrios, fils de Nikasion Rhodios ; Aristokratès, fils d’Aristophanès Rhodios ; et Agathoklès de Soli.

[8] Isocrate, Lettres 8, 4 : καὶ τοὺς μὲν ἄλλους Ἕλληνας τοὺς διαφέροντας περί τι τῶν καλῶν ἐπιτηδευμάτων, κἂν μηδὲν προσήκωσι, ποιεῖσθαι πολίτας, ὑμᾶς δὲ τοὺς εὐδοκιμοῦντάς τε παρὰ τοῖς ἄλλοις καὶ μετασχόντας τῆς αὐτῆς φύσεως περιορᾶν παρ᾽ ἑτέροις μετοικοῦντας. Les autres Grecs donnent le droit de cité à ceux qui (…) excellent dans les beaux-arts.

[9] Ephèse offrant la citoyenneté à deux céramistes athéniens pour leur travail : IEphesos IV, 1420, l. 1-6 ; voir J. Velissaropoulos-Karakostas, Droit grec d’Alexandre à Auguste (323 av. J. –C. – 14 ap. J. –C.) (2011), p. 162.

[10] E. Loewy, Inschriften griechischer Bildhauer (1881), n° 53 (Vème), 104 (IVème – IIIème s.), 227 (IIème –Ier ), 223-225, 228-229 (comme précédent), 327 et 329 (période impériale).

[11] Par exemple dans le compte de 279, l. 89 et suiv. Mais également dans les comptes de 269, 250 et 180 av. J. –C.

[12] IG XI 2, 158 : εἰς τὸ ἄγαλμα τοῦ Διονύσου κεραία [π]αρὰ Δημέου δραχμῶν ΔΔΔ· Ἀριστοθάλει ἐργασαμέ[νωι τὸ ἄγαλμα —].

[13] εἰς τὸ ἄγαλμα τῶι Διονύσωι κεραία παρὰ Ἐλπίνου ·ΔΔΗΗΗΗ· ἐργασαμένωι τὸ ἄγαλμα Ἀριστοθάλει ·Γ

[14] IG XI 2, 203 : Ἀριστοθάλει τὸ ἄγαλμα τῶι Διονύσωι ἐργασαμένωι

[15] IG XI 2, 287, (250 av. J. –C.) : παρὰ Σαρπηδόνος ἄγαλμα τῶι Διονύσωι ΔΔΓ(H sans la barre droite).

[16] M. R. Dareste, Mémoire sur les entreprises des travaux publics chez les Grecs XI, 1877, p. 9 : L’entrepreneur ne payera aucune taxe et ne sera soumis à aucun droit de prise, lui et ses ouvriers et son matériel et tous objets à son usage, soit à l’entrée, soit à la sortie. Après les travaux terminés, il aura trente jours pour exporter en franchise tout ce qui lui appartient

Eléonore Favier (Doctorante, Université Lumière Lyon 2, HiSoMA)

 

Cite this article as: Eléonore Favier, "Le travail et la communauté civique: les artisans et la conception de la citoyenneté dans le monde grec à l’époque hellénistique à la lumière de quelques exemples (par Eléonore Favier)," in Séminaire interdisciplinaire d'histoire économique, 06/03/2018, https://sihe.hypotheses.org/89.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.