Agenda

Vendredi 7 juin de 10h30 à 12h30
Lieu: Salle des colloques  de l’Université Lumière Lyon 2 (bâtiment de la Présidence)

Amedeo Feniello, Professeur à l’Instituto di Storia dell’Europa Mediterranea
«Naples, 1343 – Aux origines médiévales d’un système criminel»

Résumé du Livre traduit de l’italien:
A partir d’un événement de l’année qui a marqué Naples en 1343, Amedeo Feniello nous invite à réfléchir à l’identité même de la ville, la conception d’une « nation napolitaine » spécifique dont les origines sont à rechercher au XIIe siècle, lors de l’annexion de Naples par les Normands. Une conséquence en fut une appropriation clanique de la ville, devenue structure mentale, liée à la vie la plus profonde de cette cité, à son imaginaire le plus archaïque, à sa part maudite, qui s’exprime aujourd’hui comme hier, en 2005 comme en 1343… 

Jeudi 6 juin de 17h à 19h
Lieu: salle Elise Rivet à la MSH LSE, 14. Av. Berhelot, Lyon 7

JY. Grenier, directeur d’études de l’EHESS
« « Economie de marché, concurrence et émergence du capitalisme  »

Résumé:
L’objectif de ce séminaire est de réfléchir à la distinction – si elle existe – entre économie de marché et capitalisme. L’approche se déploie dans la longue durée (XVIIe-XXIe siècle), entre histoire et économie politique, et elle s’efforce de réfléchir à ce qui caractérise l’émergence puis l’affirmation du système capitaliste par rapport à d’autres systèmes économiques qui ont pu exister antérieurement. La perspective privilégiée pour examiner cette différence est la structure des marchés, c’est-à-dire la dialectique qui unit le déploiement de formes concurrentielles et de formes de domination, voire de contrôle du marché. 


Jeudi 9 mai de 17h à 19h
Lieu: Salle Élise Rivet MSH-LSE, 14 avenue Berthelot, Lyon 7e

Gregory Chambon, directeur d’études à l’EHESS
« Pratiques comptables au début du IIe millénaire en Mésopotamie : de l’histoire économique à l’histoire sociale »

* Résumé:

Les discussions actuelles sur les systèmes économiques du Proche-Orient ancien, qui reflètent bien souvent des prises de positions par rapport aux thèses de Karl Polanyi, portent essentiellement sur l’existence ou non d’une « économie de marché » dans le Proche-Orient pré-classique, sur les divers processus d’échanges, et sur la part dans les rouages économiques des « institutions publiques » (palais et temples) et des « entrepreneurs privés », agissant pour leur propre compte. Selon ces points de vue, la pratique et la tenue des comptes seraient complètement subordonnées aux comportements économiques et aux conditions politiques, même si l’on concède, toujours sous l’influence des idées polanyiennes, que l’histoire économique entretient des liens étroits avec l’histoire sociale. Les approches sur ce sujet sont alors essentiellement descriptives en privilégiant l’étude du contenu des textes rédigés sur les tablettes d’argile et du vocabulaire comptable, plutôt que celle du contexte d’élaboration, d’utilisation et de raison d’être des comptes.

Cet exposé se propose de montrer que la question du « pourquoi ? » est aussi importante que la question du « comment ? » ; la comptabilité n’apparaît alors plus comme une simple réponse rationnelle à des besoins déterminés, mais comme une construction sociale et politique, qui n’est pas nécessairement neutre et factuelle.


Jeudi 4 Avril 2019

Abdallah Zouache (IEP Lille) et Cristiano Viglietti (discutant)
Quelle Histoire pour l’analyse économique du Proche Orient ?

« L’intervention a pour objectif de discuter la façon dont l’histoire est considérée dans l’analyse économique des problèmes de développement dans le Proche Orient. Nous rejetons tout d’abord le scénario historique dominant, celui de l’économie politique néo-institutionnaliste, et proposons ensuite une réflexion alternative. »

Jeudi 14 février 2019 de 17h à 19h
Lieu: Salle Ennat Léger MSH-LSE, 14 avenue Berthelot, Lyon
.

Rémy Herrera et Véronique Chankowski
«Histoire de la pensée, modélisation et empirie»

« Après un bref survol introductif et critique de l’histoire de la pensée économique, Rémy Herrera abordera la question des crises (ou de la crise ?), spécialement de celles de surproduction, puis proposera quelques commentaires sur les difficultés liées à la modélisation de ces phénomènes, et exposera pour finir la dimension empirique du problème, notamment pour la Chine aujourd’hui. »

 Jeudi 10 janvier 2019, de 17h à 19h
Lieu : salle Elise Rivet, MSH-LES, 14 avenue Berthelot, Lyon

  Fabienne Dourson

               « Vivre du sien » versus « produire pour vendre ». »            

Si dans la France de l’Ancien Régime « vivre du sien »reste un idéal,  la réalité montre une importance nouvelle de la production destinée à la vente. Les crises de type ancien,  c’est-à-dire les mauvaises récoltes participent de ces changements car elles affectent les relations nouées autour de la terre. Selon le groupe social d’appartenance les conséquences sont très différentes. Dans le cadre des institutions d’alors, la répétition de ces épisodes ont des conséquences économiques, démographiques et finalement sociales qui contribuent à la transformation du système…

 

13 décembre 2018  de 17 à 19h
Lieu: Salle Elise Rivet MSH Lyon St-Etiene,

Bruno Tinel
« L’essor de la vénalité des offices: 1467-1604; l’avènement d’une nouvelle catégorie d’actif financier »
The rise of offices venality in France: 1467 – 1604; the advent of a new class of financial asset

Cette présentation porte sur l’émergence des offices comme valeur d’échange en France au 16ème siècle. Les offices ne sont pas devenus un objet financier en un jour: 137 ans séparent en effet l’édit de 1467, qui confère la propriété à vie sur les offices et ouvre la voie à la vénalité, et celui de « la Paulette » en 1604 qui marque l’avènement du marché des offices comme véritable marché financier. Il s’agit alors de clarifier et de caractériser ce processus par lequel les offices sont devenus un type particulier d’actif financier. Les offices constituent initialement, et durant plusieurs siècles, une délégation d’un fragment de l’autorité Royale. A la fin du 15ème siècle, le roi renonce à la possibilité de révoquer les officiers, ce qui ouvre la voie à une valorisation monétaire des offices dans le cadre du processus de résignation et de transmission. Les offices sont progressivement échangés contre de l’argent sur un marché décentralisé qui échappe au pouvoir royal. La création des Parties Casuelles en 1522 revient à centraliser le marché primaire et permet à l’administration royale de se réapproprier les bénéfices de l’émission et de procéder à des expérimentations fiscales plus ou moins efficaces avec la taxe de résignation et le tiers denier. En 1604, La Paulette apparaît comme une nouvelle innovation fiscale dont l’un des effets est de transformer le marché des offices en un véritable marché financier.

8 novembre 2018 à 17h

Je vous invite le jeudi 8 novembre 2018 à 17h,

à la MSH-LSE(14 av. Berthelot 69007 Lyon), salle Ennat Légeer,
à venir écouter 
Giacomo Todeschini* et Fabian Muniesa** dans le cadre du Séminaire Interdisciplinaire Histoire-Economie, sur le thème :

                « Les modèles économiques de la valeur et leurs langages du Moyen Âge à nos jours »

                «Cette séance du séminaire interdisciplinaire de cette année est consacrée  à la façon dont les discours économiques construisent et défendent, depuis le Moyen Âge, les modèles de la valeur à travers la qualification de ses ennemis. Cela, en recourant à la fois à des modèles eschatologiques et biologiques ou naturalistes. Le titre de l’intervention de Giacomo Todeschini est « Bactéries et virus menaçant la croissance du Corps économique ou de la performativité des langages théologico-économique », celui de Fabian Muniesa étant « Quelques réflexions sur les ennemis de la valeur » .»

                Au plaisir de vous rencontrer ou de vous revoir, Jérôme Maucourant

*Giacomo Todeschini a été Professeur d’Histoire médiévale à l’Université de Trieste. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont, en français, Les marchands et le Temple. La société chrétienne et le cercle vertueux de la richesse entre Moyen Âge et Époque moderne, Paris, Albin Michel, 2017.Ses recherches constituent une histoire sociale et politique des lexiques médiévaux de la pensée économique.

                **Fabian Muniesa, chercheur au Centre de sociologie de l’innovation de Mines ParisTech, est l’auteur de The Provoked Economy: Economic Reality and the Performative Turn (Routledge, 2014) et le coauteur de Capitalization: A Cultural Guide (Presses des Mines, 2017). Il s’intéresse aujourd’hui aux catégories de la finance contemporaine, à leur condition culturelle et à leurs implications politiques.

21 juin 2018

Juan Carlos Moreno Garcia

Les temples,  pivots économiques et pôles d’articulation sociale en Égypte pharaonique

« Résumé: Les temples sont l’une des manifestations les plus monumentales de la civilisation pharaonique. Au-delà de leur dimension religieuse et rituelle,  ils étaient des pôles d’aménagement du terroir,  à la tête de ressources souvent considérables et ils étaient aussi des centres majeurs d’articulation sociale,  que ce soit à l’échelle locale ou « nationale ». L’examen des stratégies suivies par la couronne et les potentats locaux pour affirmer leur pouvoir à travers ces institutions,  ainsi que l’analyse du rôle des temples dans l’économie égyptienne,  permettra aborder une question centrale : qu’elle était la fonction des temples dans la reproduction des sociétés du Proche-Orient ancien ?, « 

24 mai 2018

Louise Fauchier

Pratiques religieuses et pratiques marchandes : la question de la rationalité dans l’échange marchand en Grèce classique
 
 
« Plusieurs études ont mis en exergue les interactions entre activités économiques et sphère religieuse soulignant le rôle des sanctuaires comme acteur économique, leur place dans l’organisation des échanges, le lien entre activités artisanales et sphère sacrée etc. Mais peu d’entre elles ont questionné la dimension religieuse présente dans l’échange marchand et plus largement dans la sphère marchande. C’est à ce travail que nous entendons nous livrer en interrogeant la pratique des serments et des malédictions dans le cadre des relations marchandes. »

29 Mars 2018

 Séance exceptionnelle du séminaire

De 18h à 20h, à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, (site Descartes LSHS), 15 parvis René Descartes, 69007 Lyon (métro et tram Debourg), en salle D2 034

 
Présentation de l’ouvrage
 
Des marchés au Marché, d’une transformation à une autre. 
Autour du livre de K. Polanyi, C.M. Arensberg et H.W. Pearson, Commerce et Marché dans les premiers empires.
Sur la diversité des économies, Paris, Le bord de l’eau, 2017
 
 
avec Alain Guéry (Historien, Directeur de recherche au CNRS) auteur de la postface
Olivier Brette (Maître de conférences à l’INSA) et
Jérôme Maucourant (Maître de conférences à l’Université Jean Monnet-Saint-Etienne).
 
Evénement organisé en collaboration avec l’Association Les Amis de Veblen et l’Association des Professeurs de Sciences économiques et Sociales (APSES) de Lyon.
 
 
 
01 Mars 2018

Eléonore FAVIER

Le travail et la communauté civique: les artisans et la conception de la citoyenneté dans le monde grec à l’époque hellénistique à la lumière de quelques exemples

en salle Reinach (locaux d’HiSoMA), Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, 7 rue Raulin 69007 Lyon
17h à 19H
 

CIHAM (UMR 5648) – HiSoMA (UMR 5189) – IAO (UMR 5062) – LARHRA (UMR 5190) – Triangle (UMR 5206)