Archives de catégorie : Billets

Jeudi 14 février 2019 de 17h à 19h

Jeudi 14 février 2019 de 17h à 19h
Lieu: Salle Ennat Léger MSH-LSE, 14 avenue Berthelot, Lyon
.

Rémy Herrera et Véronique Chankowski
«Histoire de la pensée, modélisation et empirie»

« Après un bref survol introductif et critique de l’histoire de la pensée économique, Rémy Herrera abordera la question des crises (ou de la crise ?), spécialement de celles de surproduction, puis proposera quelques commentaires sur les difficultés liées à la modélisation de ces phénomènes, et exposera pour finir la dimension empirique du problème, notamment pour la Chine aujourd’hui. »

ÉDITE: la conférence à eu lieu et vous pouvez retrouver un enregistrement de la conférence ici: enregistrement 

Jeudi 10 janvier 2019, de 17h à 19h Lieu : salle Elise Rivet, MSH-LES, 14 avenue Berthelot, Lyon

ÉDITE: la conférence à eu lieu et vous pouvez retrouver un enregistrement de la conférence ici: enregistrement 

  Fabienne Dourson

               « Vivre du sien” versus “produire pour vendre”. »            

Si dans la France de l’Ancien Régime « vivre du sien »reste un idéal,  la réalité montre une importance nouvelle de la production destinée à la vente. Les crises de type ancien,  c’est-à-dire les mauvaises récoltes participent de ces changements car elles affectent les relations nouées autour de la terre. Selon le groupe social d’appartenance les conséquences sont très différentes. Dans le cadre des institutions d’alors, la répétition de ces épisodes ont des conséquences économiques, démographiques et finalement sociales qui contribuent à la transformation du système…. 

13 décembre 2018 de 17 à 19h Lieu: Salle Elise Rivet MSH Lyon St-Etiene,

Bruno Tinel
“L’essor de la vénalité des offices: 1467-1604; l’avènement d’une nouvelle catégorie d’actif financier”
The rise of offices venality in France: 1467 – 1604; the advent of a new class of financial asset

Cette présentation porte sur l’émergence des offices comme valeur d’échange en France au 16ème siècle. Les offices ne sont pas devenus un objet financier en un jour: 137 ans séparent en effet l’édit de 1467, qui confère la propriété à vie sur les offices et ouvre la voie à la vénalité, et celui de “la Paulette” en 1604 qui marque l’avènement du marché des offices comme véritable marché financier. Il s’agit alors de clarifier et de caractériser ce processus par lequel les offices sont devenus un type particulier d’actif financier. Les offices constituent initialement, et durant plusieurs siècles, une délégation d’un fragment de l’autorité Royale. A la fin du 15ème siècle, le roi renonce à la possibilité de révoquer les officiers, ce qui ouvre la voie à une valorisation monétaire des offices dans le cadre du processus de résignation et de transmission. Les offices sont progressivement échangés contre de l’argent sur un marché décentralisé qui échappe au pouvoir royal. La création des Parties Casuelles en 1522 revient à centraliser le marché primaire et permet à l’administration royale de se réapproprier les bénéfices de l’émission et de procéder à des expérimentations fiscales plus ou moins efficaces avec la taxe de résignation et le tiers denier. En 1604, La Paulette apparaît comme une nouvelle innovation fiscale dont l’un des effets est de transformer le marché des offices en un véritable marché financier.

Les modèles économiques de la valeur et leurs langages du Moyen Âge à nos jours

Giacomo Todeschini et Fabian Muniesa 

Le jeudi 8 novembre 2018 à 17h, à la Maison des Sciences de l’Homme (MSH-LSE) 14 avenue Berthelot 69007 Lyon, salle Ennat Léger

dans le cadre du Séminaire Interdisciplinaire Histoire-Economie

“Les modèles économiques de la valeur et leurs langages

du Moyen Âge à nos jours”

«Cette année, la  première séance du séminaire interdisciplinaire est consacrée  à la façon dont les discours économiques construisent et défendent, depuis le Moyen Âge, les modèles de la valeur à travers la qualification de ses ennemis. Cela, en recourant à la fois à des modèles eschatologiques et biologiques ou naturalistes.

Nous accueillons pour cette séance Giacomo Todeschini* qui interviendra sur le thème: “Bactéries et virus menaçant la croissance du Corps économique ou de la performativité des langages théologico-économique

et Fabian Muniesa** qui proposera “Quelques réflexions sur les ennemis de la valeur

Au plaisir de vous rencontrer ou de vous revoir, Jérôme Maucourant.

*Giacomo Todeschini a été Professeur d’Histoire médiévale à l’Université de Trieste. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont, en français, Les marchands et le Temple. La société chrétienne et le cercle vertueux de la richesse entre Moyen Âge et Époque moderne, Paris, Albin Michel, 2017.Ses recherches constituent une histoire sociale et politique des lexiques médiévaux de la pensée économique.

                **Fabian Muniesa, chercheur au Centre de sociologie de l’innovation de Mines ParisTech, est l’auteur de The Provoked Economy: Economic Reality and the Performative Turn (Routledge, 2014) et le coauteur de Capitalization: A Cultural Guide (Presses des Mines, 2017). Il s’intéresse aujourd’hui aux catégories de la finance contemporaine, à leur condition culturelle et à leurs implications politiques.

.

Séminaire interdisciplinaire d’histoire économique

Le séminaire interdisciplinaire d’histoire économique vise à promouvoir le dialogue entre sciences économiques et histoire en interrogeant de façon critique les usages des modèles économiques par les historiens et ceux de l’histoire par les économistes.

Les thèmes privilégiés seront, dans le temps long (de la protohistoire à nos jours) et sur tous les continents, la question institutionnelle (notamment le lien croissance-institution), la dette (qui implique de réfléchir aux formes changeantes de la finance, à la valeur et à la nature sociale de la monnaie, aux réseaux de crédit), la mondialisation et les crises. Le recours au temps long et à des aires chrono-culturelles multiples, depuis l’Antiquité et le Moyen Âge jusqu’aux temps modernes et contemporains, jusqu’à nous, favorisera la diversité des approches et le nécessaire décloisonnement de l’analyse.

Le dialogue entre économistes et historiens de toutes les périodes s’articulera autour d’un certain nombre de notions et de catégories ou de modèles d’interprétation et de lecture des sociétés passées et contemporaines qu’ils partagent, notamment pour leur analyse des crises, de la croissance, de la mondialisation, du crédit et de l’endettement. Cela suppose de commencer par s’interroger ensemble sur le sens et l’histoire de ces notions, de ce lexique, du langage et des présupposés qu’il véhicule au sein de nos disciplines. Nous tenterons de réfléchir ensemble sur les usages de ces modèles économiques en histoire mais aussi sur les usages de l’histoire par certains économistes. D’une part, les historiens tendent à s’interroger de plus en plus sur ces notions et l’anachronisme que leur usage risque de créer. D’autre part, de nombreux économistes ont donné, depuis la naissance de la science économique, des lectures de l’histoire que les historiens ont souvent reprises. Notre tentative repose sur un examen vigilant des modes (réciproques) d’importation de certains concepts et problématiques. C’est à ces circulations et à leur impact sur notre connaissance des faits et des pratiques économiques passés et présents que seront consacrés nos travaux.