13 décembre 2018 de 17 à 19h Lieu: Salle Elise Rivet MSH Lyon St-Etiene,

Bruno Tinel
« L’essor de la vénalité des offices: 1467-1604; l’avènement d’une nouvelle catégorie d’actif financier »
The rise of offices venality in France: 1467 – 1604; the advent of a new class of financial asset

Cette présentation porte sur l’émergence des offices comme valeur d’échange en France au 16ème siècle. Les offices ne sont pas devenus un objet financier en un jour: 137 ans séparent en effet l’édit de 1467, qui confère la propriété à vie sur les offices et ouvre la voie à la vénalité, et celui de « la Paulette » en 1604 qui marque l’avènement du marché des offices comme véritable marché financier. Il s’agit alors de clarifier et de caractériser ce processus par lequel les offices sont devenus un type particulier d’actif financier. Les offices constituent initialement, et durant plusieurs siècles, une délégation d’un fragment de l’autorité Royale. A la fin du 15ème siècle, le roi renonce à la possibilité de révoquer les officiers, ce qui ouvre la voie à une valorisation monétaire des offices dans le cadre du processus de résignation et de transmission. Les offices sont progressivement échangés contre de l’argent sur un marché décentralisé qui échappe au pouvoir royal. La création des Parties Casuelles en 1522 revient à centraliser le marché primaire et permet à l’administration royale de se réapproprier les bénéfices de l’émission et de procéder à des expérimentations fiscales plus ou moins efficaces avec la taxe de résignation et le tiers denier. En 1604, La Paulette apparaît comme une nouvelle innovation fiscale dont l’un des effets est de transformer le marché des offices en un véritable marché financier.