Intervention 7 juin

Vendredi 7 juin de 10h30 à 12h30
Lieu: Salle des colloques  de l’Université Lumière Lyon 2 (bâtiment de la Présidence)

Amedeo Feniello, Professeur à l’Instituto di Storia dell’Europa Mediterranea
«Naples, 1343 – Aux origines médiévales d’un système criminel»

Résumé du Livre traduit de l’italien:
A partir d’un événement de l’année qui a marqué Naples en 1343, Amedeo Feniello nous invite à réfléchir à l’identité même de la ville, la conception d’une « nation napolitaine » spécifique dont les origines sont à rechercher au XIIe siècle, lors de l’annexion de Naples par les Normands. Une conséquence en fut une appropriation clanique de la ville, devenue structure mentale, liée à la vie la plus profonde de cette cité, à son imaginaire le plus archaïque, à sa part maudite, qui s’exprime aujourd’hui comme hier, en 2005 comme en 1343… 



Intervention du 6 juin


Jeudi 6 juin de 17h à 19h
Lieu: salle Elise Rivet à la MSH LSE, 14. Av. Berhelot, Lyon 7

JY. Grenier, directeur d’études de l’EHESS
« « Economie de marché, concurrence et émergence du capitalisme  »

Résumé:
L’objectif de ce séminaire est de réfléchir à la distinction – si elle existe – entre économie de marché et capitalisme. L’approche se déploie dans la longue durée (XVIIe-XXIe siècle), entre histoire et économie politique, et elle s’efforce de réfléchir à ce qui caractérise l’émergence puis l’affirmation du système capitaliste par rapport à d’autres systèmes économiques qui ont pu exister antérieurement. La perspective privilégiée pour examiner cette différence est la structure des marchés, c’est-à-dire la dialectique qui unit le déploiement de formes concurrentielles et de formes de domination, voire de contrôle du marché. 



Nouvelle intervention

Jeudi 9 mai de 17h à 19h
Lieu: Salle Élise Rivet MSH-LSE, 14 avenue Berthelot, Lyon 7e

Gregory Chambon, directeur d’études à l’EHESS
« Pratiques comptables au début du IIe millénaire en Mésopotamie : de l’histoire économique à l’histoire sociale »

* Résumé:

Les discussions actuelles sur les systèmes économiques du Proche-Orient ancien, qui reflètent bien souvent des prises de positions par rapport aux thèses de Karl Polanyi, portent essentiellement sur l’existence ou non d’une « économie de marché » dans le Proche-Orient pré-classique, sur les divers processus d’échanges, et sur la part dans les rouages économiques des « institutions publiques » (palais et temples) et des « entrepreneurs privés », agissant pour leur propre compte. Selon ces points de vue, la pratique et la tenue des comptes seraient complètement subordonnées aux comportements économiques et aux conditions politiques, même si l’on concède, toujours sous l’influence des idées polanyiennes, que l’histoire économique entretient des liens étroits avec l’histoire sociale. Les approches sur ce sujet sont alors essentiellement descriptives en privilégiant l’étude du contenu des textes rédigés sur les tablettes d’argile et du vocabulaire comptable, plutôt que celle du contexte d’élaboration, d’utilisation et de raison d’être des comptes.

Cet exposé se propose de montrer que la question du « pourquoi ? » est aussi importante que la question du « comment ? » ; la comptabilité n’apparaît alors plus comme une simple réponse rationnelle à des besoins déterminés, mais comme une construction sociale et politique, qui n’est pas nécessairement neutre et factuelle.