Workshop international Economie et Histoire : « L’histoire économique et ses modèles /Les économistes et l’histoire »

Jacques Sapir, « L’économie est elle réellement une science « imparfaite et séparée » ? »,

Texte présenté au Workshop Economie/Histoire L’Histoire Economique et ses modèles / Les économistes et l’Histoire Lyon 28-29-30 novembre 2019 Université de Lyon-2

L’économie est-elle une « science dure » ? La question fut posé il y a plus de vingt-cinq ans par Jean Cartelier et Antoine d’Autume[1]. On sait tout ce qu’il y a de discutable dans la distinction entre sciences réputées « molles » et sciences réputées « dures ». Néanmoins, la tentative de certains économistes de prétendre au statut de la physique ou de la mécanique est évidente. En 2003, Robert Boyer écrivait : « Le prix Nobel attribué en 1997 à Robert Merton et Myron Scholes témoigne de la reconnaissance d’une proposition d’ingénierie financière en tant que contribution scientifique. Les tenants d’une science économique achevée peuvent y voir une confirmation du caractère scientifique de l’économie, à l’égal de la physique »[2]. Dans les faits, la tentative d’ingénierie financière de Merton et Scholes devait aboutir, en 1998, à l’effondrement catastrophique de LTCM, un effondrement qui mit Wall Street en péril[3].

L’économie est-elle alors une « science imparfaite et séparée », autrement dit une discipline dotée de règles de vérification telles qu’elles l’excluraient du champ des autres sciences ? Cette question fut posée par Daniel Hausman dans un ouvrage qui eut un certain retentissement en 1992[1]. Cette question peut sembler provocatrice. Mais, il faut reconnaître à Daniel Hausman d’avoir bien identifié le problème. Les interrogations portant sur la capacité de l’économie à accepter une interrogation sur sa méthode, à discuter de ses paradigmes dans un cadre non dogmatique, sont posées depuis de nombreuses années[2].

Un autre niveau de questions est possible : pourquoi l’économie entretient-elle une relation pour le moins compliquée avec l’histoire alors que tant d’économistes font des incursions temporaires ou permanentes dans le domaine de l’Histoire ? Plus généralement, la question de savoir si l’économie pouvait relever d’interrogations de type historique ou si elle devait chercher à se fonder sur des principes intangibles, relevant de la pure spéculation abstraite, date en réalité de la fin du XIXème siècle. Ce débat, le Methodenstreit, eut une importance considérable[3]. Lorsqu’à la suite du Methodenstreit, les auteurs nord-américains rattachés au courant institutionnaliste étayent les critiques qu’ils adressent aux théories marginalistes sur une revendication inductive et expérimentale, ils s’attaquent de fait implicitement à John Stuart Mill. Dans le texte rédigé par ce dernier sous le titre On the Definition of Political Economy; and on the Method of Investigation Proper To It[4], Mill, qui avait pourtant farouchement défendu la méthode inductive qui selon lui constituait le seul moyen d’avancer dans un processus de découverte scientifique, refuse aux « sciences morales » la possibilité de se livrer à des expérimentations contrôlées et reproductibles.

Et pourtant, l’obligation de réalisme s’impose dans une discipline qui combine une démarche scientifique avec une démarche politique. Le débat entre réalisme et instrumentalisme au sens de Friedman[5], ou encore l’apriorisme au sens de Menger[6], recouvre donc la question de la nature de ce qui fait « preuve » en économie mais aussi de ce que l’on peut expérimenter[7].

On aurait pu donc en déduire que l’économie serait riche en controverses méthodologiques. Il n’en est pourtant rien. L’économie, du moins celle pratiquée par certains économistes, n’a eu de cesse que d’éviter ces questions clefs et de se complaire dans une imitation assez servile de la physique du XIXème siècle[8]. Elle n’a eu de cesse que d’être reconnue comme une « science dure »[9]. Cette quête l’a entrainée jusqu’aux absurdités récemment écrites par Cahuc et Zylberberg, qui ont été dénoncées par mon collègue André Orléan[10].

Ainsi, faute d’être rigoureux dans sa méthodologie, l’économiste se condamne à être un justificateur et non un analyste, et l’économie entre en décadence. La question essentielle n’est donc pas de savoir si l’économie est, voire est appelé à devenir, ou non une « science dure ». L’opposition entre des sciences réputées molles et celles qui s’affirment dures est déjà suspecte. Au-delà, il y a beaucoup d’illusion, ou de prétention, à croire qu’une discipline puisse s’auto-affirmer dans un registre dont elle exclurait les autres, en tout ou partie. Le problème fondamental n’est pas le statut de l’économie comme science mais plutôt la compréhension par les économistes eux-mêmes des conditions dans lesquelles ils travaillent. Il y a des démarches scientifiques, dont il faut définir les conditions, plus qu’il n’y a de science au sens normatif. Ceci implique une discussion sur les bases méthodologiques, terrain qu’évite soigneusement ce que l’on a appelé l’économie dominante[11].

 

I.         De l’importance de la méthodologie dans la science économique

 

 

Le malaise, voire l’opposition, d’une bonne parti des économistes que l’on peut appeler « standard » ou « du courant dominant », mais qui se rattachent tous peu ou prou à l’école néo-classique, envers la méthodologie est ancien.

Bruce Caldwell a ainsi répertorié cinq arguments utilisés par les économistes standards pour dénier aux discussions méthodologiques leur importance[12]:

  • l’économie ne s’enseigne pas à partir de la méthodologie,
  • les spécialistes en méthodologie ne sont que des arrogants qui prétendent savoir mieux que les autres,
  • les débats méthodologiques sont stériles,
  • la méthodologie est une occupation de marginaux qui n’ont rien de mieux à faire
  • la connaissance de l’économie rend la méthodologie superflue.

 

Cet argumentaire ressemble, à s’y méprendre, à la revendication d’un blanc-seing: nous qui savons, laissez nous dire (et écrire) ce que nous voulons puisque nous sommes les seuls à savoir. On ne s’étonnera pas, dans ces conditions, que l’économie et les économistes aient si mauvaise réputation. Caldwell montre facilement que ces cinq arguments se réfutent sans problème. L’objet de la méthodologie n’est tout d’abord pas d’enseigner une discipline, quelle qu’elle soit, mais de permettre au scientifique de jeter un certain regard sur sa pratique. En ce qui concerne l’arrogance, il est d’ailleurs clair que les économistes standards ne craignent personne, eux qui sont souvent suffisants mais rarement nécessaires.

Par ailleurs, il est faux de dire que les débats méthodologiques sont stériles; on peut montrer qu’il y a des progrès, au moins sous la forme de détermination de problèmes spécifiques et d’évaluation de démarches différentes. On doit ici ajouter que ceux qui critiquent la méthodologie sont souvent les premiers à en faire, ne serait-ce que pour formuler des critères de « scientificité » dont ils se servent pour retirer toute légitimité à leurs contradicteurs. Enfin, on ne peut pas ne pas être stupéfait devant l’affirmation qu’il pourrait y avoir une connaissance sans critères de la validité de cette dernière. La connaissance de l’économie implique, par définition, que l’on ait une méthodologie, au moins implicite. En fait, il est infantile de croire que l’on puisse se passer de normes et de critères d’évaluation. Mais, si de telles normes et de tels critères sont nécessaires, alors en discuter devient légitime.

I.1.      De l’extinction du popper(ian)isme à 20h le soir ?

 

L’économie, du moins dans son courant dominant, s’est ralliée dès 1938 aux thèses de Karl Popper[13], et a voulu chercher dans le principe de réfutation, ce que l’on appelle le falsificationisme, une garantie de scientificité. La démarche de Popper est en effet attrayante au premier abord pour une économie découvrant les délices de l’économétrie et supposant qu’elle pourrait bientôt tester la totalité de ses conjectures. Ceci permettait aussi d’esquiver le débat sur le réalisme des hypothèses initiales, débat porté par les courants contestataires qu’ils soient institutionnalistes ou marxistes. Enfin, cette démarche était cohérente avec le parti-pris de rigueur axiomatique introduit par Walras à la fin du XIXème siècle [14]. La référence à Popper va rester un point obligé pour les quelques économistes de ce courant intervenant dans le domaine de la méthodologie[15]. Le modèle visé étant ici la science physique[16], avec en particulier la proposition de Paul Samuelson de prendre comme base de départ l’hypothèse ergodique[17], et l’objectif affiché celui d’obtenir pour l’économie le statut d’une science « dure »[18]. Dans le même temps, elle fonde l’instrumentalisme de Milton Friedman, qui récuse d’emblée tout débat sur le réalisme des hypothèses[19]. On passe alors, pour reprendre la formule de Bruce Caldwell à un empirisme logique qui succède au positivisme logique[20]. Cet instrumentalisme va se retrouver en dehors même du courant néoclassique; Oliver Williamson, l’un des « pères » du néo-institutionnalisme va ainsi encore prétendre en 1985 que le caractère potentiellement falsifiable d’une conjecture est plus important que son réalisme[21].

Le falsificationisme poppérien soulève cependant plus de problèmes qu’il ne peut en résoudre. Il se heurte tout d’abord à la conjecture de Duhem et Quine[22]. Pour que la testabilité soit robuste au sens de Popper, il faudrait que l’on puisse tester les conjectures seules et que les méthodes d’évaluation des résultats ne soient pas chargées en théorie. Ce problème, déjà important en physique, devient rédhibitoire en économie où les agrégats utilisés pour quantifier ne font que normaliser une réalité à partir de conjectures théoriques implicites[23]. Un second problème tient à la nature des prévisions par rapport au mode de testabilité. Dans la grande majorité des cas les prévisions sont qualitatives alors que la vérification est quantitative[24]. Un troisième tient à la manière même dont Popper utilise la réfutation et la falsification. Pour lui la falsification doit engendrer un rapprochement des théories avec la réalité, et le progrès théorique doit se mesurer à la capacité à expliquer des faits nouveaux. Or, non seulement Popper lui-même admet que le premier critère est invalidable[25], mais de plus l’économie vérifie toujours ses conjectures sur des événements passés[26].

Dans ces conditions, on ne doit pas s’étonner d’une très large remise en cause de l’applicabilité de la méthodologie poppérienne[27]. Les limites de cette méthodologie ont entraîné un certain nombre d’économistes qui refusent d’abandonner l’empirisme logique à se pencher vers l’œuvre de Imre Lakatos[28]. Ce dernier propose de mettre l’accent sur des programmes de recherche qui seraient définis par un noyau dur d’hypothèses, réputées infalsifiables, et une ceinture protectrice d’hypothèses, elles falsifiables et réfutables, et pouvant être remplacées. La cohérence, et la scientificité d’un tel programme de recherche découlant de la capacité du noyau dur à engendrer des prévisions et de sa cohérence interne. Lakatos appelle ainsi dégénérescence d’un programme l’introduction, au sein du noyau dur, d’hypothèses ad-hoc. Une telle démarche présente tout à la fois des différences substantielles et des ressemblances avec celle de Popper. La notion de noyau dur, l’idée que le progrès scientifique puisse venir de la corroboration de conjectures et non de leur réfutation marquent les différences. Néanmoins, l’accent mis sur la testabilité, ou la falsification, ainsi que l’idée de prévision, renvoient clairement au cadre poppérien.

Les économistes du courant standard ont rapidement vu l’intérêt d’une telle approche. Le noyau dur du programme de recherche qualifié alors de scientifique (ce qui implique que les autres ne le sont pas…) est alors caractérisé par la théorie des préférences de l’agent, l’hypothèse d’individualisme méthodologique et la maximisation sous contrainte[29]. La définition d’un tel noyau dur est cependant loin d’être facile, compte tenu des tensions internes de ce courant[30].

Néanmoins, avant même que ces économistes aient commencé à se référer explicitement à la démarche de Lakatos, d’autres travaux en avaient montré les limites. Ainsi, la part poppérienne chez Lakatos est tout aussi vulnérable que Popper lui-même au problème de Duhem-Quine, comme le montre l’impossibilité par exemple de trancher entre un programme de recherches monétariste ou keynésien sur la base des critères proposés par Lakatos[31]. Il faut aussi ajouter que, comme signalé à propos de Popper, le fait de l’économie procède par relecture successive de problèmes et d’événements et non par prévision et prédiction, rend inapplicable la méthodologie proposée par Lakatos[32]. Par ailleurs, si on applique cette méthodologie au courant dominant en économie, il est clair que ce dernier a procédé, depuis la fin des années soixante-dix, à l’introduction d’un certain nombre d’hypothèses ad-hoc dans son noyau dur, comme la prise en compte des institutions. En ce sens, on pourrait soutenir que, du point de vue de la démarche de Lakatos, le programme de recherche du courant standard ou « mainstream » est effectivement dégénéré.

I.2.      L’exacerbation du relativisme

 

Une autre attaque contre la méthodologie apparait alors dans une exacerbation du relativisme. Certes des normes sont nécessaires, mais elles sont toutes également justifiées. Telle est l’essence de l’argumentation de Deirdre McCloskey dans son livre sur la rhétorique de l’économie[33].

McCloskey accepte l’idée générale que la méthodologie a pour objet, entre autres, l’évaluation de la solidité des argumentations en fonction de critères donnés. Mais il défend deux thèses particulières, l’une selon laquelle l’adoption d’une méthodologie, quelle qu’elle soit, ne provoque aucun avantage en termes cognitifs, et l’autre qu’il ne saurait y avoir de bon raisonnement hors celui de la majorité. La Vérité étant pour lui une notion vide de sens, seul subsiste l’objectif rhétorique de convaincre le plus grand nombre. Toute argumentation qui a acquis cette capacité devient alors la vérité du moment. Cette thèse a même été poussée dans ses ultimes retranchements par Feyerabend qui prétend qu’il n’existe aucun argument pour choisir une norme ou un critère plutôt qu’un autre[34].

Cette vision est indiscutablement extrémiste et contient un aspect instrumentaliste (qu’importe les bases de mon raisonnement si la conclusion est opératoire) démarche qui constitue justement une des bases de la méthodologie néoclassique[35]. On retrouve la l’une des formes d’utilisation de « l’hypothèse ergodique » tant utilisée par Paul Samuelson[36] et si justement critiquée par Philip Mirowski[37]. Daniel Hausman montre quant à lui que le rejet du concept d’une Vérité transcendante n’implique nullement celui de la nécessité de procédures de vérification[38]. Ces dernières reposent bien entendu sur des partis-pris, mais elles contraignent alors celui qui les formule à un effort de cohérence. Il y a, en réalité, au mieux un grand simplisme, au pire une vision dévoyée de l’activité scientifique dans les démarches qui se parent de l’image du postmodernisme et de la critique radicale. Dire que tout n’est pas testable, qu’il y a du contexte et de la représentation sociale dans toute norme d’évaluation, affirmations qui sont exactes, n’implique nullement de dire que rien n’est testable et que tout se ramène au contexte et aux représentations sociales.

Appliquée à l’économie, et particulièrement à la méthodologie de l’économie, la démarche dite post-moderne refuse de voir dans l’éclatement des normes et critères, dans les incohérences grandissantes au sein de certains argumentaires, un symptôme de la crise de cette discipline. Elle y voit au contraire un état normal des choses. Elle confond alors un « moment » du débat, qui peut avoir ses propres pathologies, avec la logique de ce même débat.

Dès lors, seule compte l’opinion de la majorité, même si celle-ci est incohérente[39]. On peut ainsi proclamer le retour au consensus au sein des économistes, mais  au prix d’une mutation de ce qui devrait être une démarche analytique en conformisme idéologique. Sheila Dow a ici entièrement raison d’y voir une intolérance de la tolérance[40].

I.3.      L’économiste et les représentations de classe

 

Au-delà cependant, quand on mesure que l’économie n’est pas un espace de pure spéculation, mais un espace de pouvoir, qu’il s’agisse d’un pouvoir au sein des institutions universitaires et assimilées ou d’un pouvoir dans la cité politique, on devine l’aspect profondément pervers de ces discours réfutant par avance la possibilité d’une critique minoritaire d’une orthodoxie dominante. Si, comme le prétend McCloskey, il n’est pas de méthodologie mais seulement une rhétorique, les minoritaires ont tort par essence; s’ils avaient raison, ils seraient majoritaires…De même, si, comme le prétendent les post-modernes, tout se vaut et tout s’équivaut, alors pointer des incohérences dans les raisonnements, chercher vérités et erreurs, sont des activités vides de sens. Les postures soi-disant hypercritiques ne sont ainsi que des apologétiques, à peine honteuses, de l’ordre dominant.

Pierre Bourdieu, sur le terrain pourtant encore plus complexe des goûts et des préférences, a bien montré comment positivisme naïf et relativisme ne sont que les deux faces d’une même erreur : « Ce que la science doit établir, c’est cette objectivité de l’objet qui s’établit dans le rapport entre un objet défini dans les possibilités et les impossibilités qu’il offre et qui ne se livrent que dans l’univers des usages sociaux (…) et les dispositions d’un agent ou d’une classe d’agents, c’est à dire les schèmes de perception, d’appréciation et d’action qui en constitueront  l’utilité objective dans un usage pratique »[41].

Dans un même mouvement cette citation laisse à voir que l’objectivité n’existe pas en elle-même mais doit s’établir, et que cet établissement, s’il est en articulation avec des perceptions et des pratiques, ne s’y réduit nullement. Le texte de Bourdieu est par ailleurs fortement critique par rapport aux économistes, à qui il est reproché de tenir pour objectif ce qui n’est que qu’inconscient de classe, ou de fétichiser des formes spécifiques en leur attribuant une essence intangible, comme dans le domaine de la théorie des préférences[42]. Ces critiques sont à la fois justifiées et injustes. Justifiées dans le sens où elles visent des textes et morceaux d’argumentation bien connus et indéniables. Injustes par leur généralisation, en attribuant à l’économie ce qui n’est que l’erreur d’un de ses courants. Si on veut chercher une justification d’ordre supérieur à cette méfiance du sociologue face à l’économiste, on peut la chercher justement dans cette pratique du second, sous sa forme de l’économiste standard ou appartenant à ce que les anglo-saxons appellent le mainstream, qui consiste à éviter le débat méthodologique sur les logiques comme les fondements des argumentations.

La thèse de P. Bourdieu peut cependant donner naissance à une forme de réfutation de la méthodologie, où on suppose que le processus conduisant des scientifiques à adopter des paradigmes centraux est le produit (a) de la volonté de maximiser un capital symbolique socialement défini par l’institution au sein de laquelle ils opèrent et (b) des facteurs sociaux qui déterminent le contenu d’une théorie reconnue et de ses paradigmes centraux. Cette thèse a été popularisée par Bruno Latour dans sa sociologie de la vie de laboratoire[43]. Le problème de cette thèse, qui est souvent reprise par les courants hypercritiques associés au postmodernisme, est qu’elle suppose un lien prévisible entre l’adoption d’une conjecture et des avantages, symboliques et matériels. Autrement dit, le scientifique (A), si il choisit le paradigme (X) et non (Y) entend ainsi maximiser sa réputation. Mais comment peut-il en être sur?

Une réponse paranoïaque est possible. La position dominante du paradigme (X) résulte d’un complot dominant (la « science officielle »). Ce paradigme, et les conjectures qui y sont liées, sont irréfutables au sens Poppérien car il y a suppression des résultats non-conformes, voire des chercheurs non-conformistes. D’un point de vue descriptif, une telle thèse est très rarement vraie, mais peut l’être dans certains cas. Même les paranoïaques ont des ennemis. Du point de vue méthodologique, elle est absurde, car elle suppose de considérer comme norme ce qui est clairement une situation pathologique.

On peut cependant tenter de répondre sur un autre plan en supposant que le système étudié vérifie une hypothèse ergodique, ce qui fut la démarche de Paul Samuelson. Si celle-ci est limitée, un chercheur peut raisonnablement supposer qu’il faudra une lente accumulation de données pour ébranler le paradigme (X).

Il court donc un faible risque en le choisissant. Le problème cependant, comme le fait remarquer Uskali Mäki, c’est que dans ces conditions on explique uniquement la reproduction d’un courant dominant, et non son origine, et que de plus on ne peut comprendre pourquoi survivent des positions minoritaires[44]. Si tous les chercheurs sont des maximisateurs rationnels au sens de Latour, et si on est face à une ergodicité, il est irrationnel de choisir (Y) contre (X). En fait, l’hypothèse faite en amont d’une crédibilité, ou d’une réputation, « objective » et dont l’évaluation est indépendante du contexte est plus que douteuse[45].

Des sociologues des sciences comme Callon et Law, qui sont pourtant loin d’être des positivistes, ont ainsi été conduits à contester la vision purement externaliste, la dissolution du noyau dur de toute découverte scientifique dans son contexte social, qui caractérise Bruno Latour[46].

 

II.       La testabilité et la question des « conjectures complexes »

 

 

Soutenir donc que la méthodologie est importante et qu’elle représente un pan de l’activité scientifique auquel on ne peut renoncer sans renoncer à la démarche scientifique elle-même, nous entraîne sur un autre terrain, celui de la vérification de conjecture et de leur testabilité. Le problème est ici particulièrement délicat en économie en raison de la nature de conjectures utilisées. Comment doit on ainsi la fameuse clause « toute chose étant égale par ailleurs », dont on ne peut évidemment pas se passer d’un point de vue pédagogique, mais qui soulève d’énormes problèmes d’un point de vue analytique.

Un autre énoncé classique nous en donne un exemple. Pour un grand nombre de collègues il est évident que « L’inflation est partout et toujours un phénomène monétaire « . Ce qui était conjecture autrefois est devenu un dogme dans les années 1990 et 2000 car, nous dit-on, largement prouvée par maintes études économétriques. Or, ce dogme a été réfuté à la fin des années 2000, en particulier du fait de l’usage massive des politiques dites « non-orthodoxes » par les banques centrales. Pourtant, il convient de rappeler que la peur de passer pour un attardé s’efforçant de réinventer la roue est souvent suffisante pour clore sur ce point la discussion. Pourtant, les choses sont bien moins évidentes qu’on ne l’affirme. Outre quelques doutes que l’on peut avoir sur les travaux économétriques eux mêmes, le passage d’une observation à une affirmation devrait faire sourciller tout esprit un peu critique.

II.1.    Qu’est-ce qu’un test ?

 

L’économie pourrait-elle donc être une science expérimentale, et ce dans une démarche qui ne soit pas celle de l’économie dominante ? Cette thèse a été avancée par différents auteurs[47]. Elle pose néanmoins un problème important. Si l’on prétend faire des tests limités, en déclinant vers l’économie la méthode du laboratoire, alors que va-t-on tester ? Car, la dimension sociale, l’ampleur des interactions, réduit – sans toutefois la supprimer – la validité de la méthode dite expérimentale[48]. Si l’on prétend utiliser les événements passés comme « expérimentation », alors il convient de montrer la possible comparaison des contextes. Kindleberger l’a brillamment tenté dans Manias, Panic and Crashes, son ouvrage sur les crises financières[49]. Mais, le recours à l’histoire soulève de nombreux problèmes quant à l’interprétation de ce qui revient à la spécificité du contexte et de ce qui revient à des lois, même temporaires, de la science économique.

Reprenons donc l’énoncé cité plus haut : « l’inflation est toujours et partout un phénomène monétaire ». Il annonce l’existence de « lois », dont l’intangibilité est supposée (« toujours »). Cet énoncé vaut pourtant mieux que sa mythification ou que son rejet pur et simple; il fonctionne comme les poupées russes emboîtées, et le processus de démontage de l’ensemble est hautement instructif quant aux fondements de l’économie. Soutenir l’existence d’un lien étroit, permanent et mécanique entre les variations de la masse monétaire et celles des prix revient à affirmer que: les agents ont des comportements tels qu’un accroissement de moyens de paiement, toutes choses égales par ailleurs, nous conduit à la dévalorisation de ces moyens en comparaison du stock de biens et de services disponibles. Ce qu’il faut alors élucider c’est l’origine de ces comportements. Soit, donc, on affirme qu’ils sont donnés aux agents économiques. Dans ce cas l’énoncé initial n’est rien d’autre qu’une conséquence d’une hypothèse sur des caractéristiques immanentes à la nature humaine. Il existe un personnage, l’homo economicus , programmé de telle manière que, effectivement, un accroissement de l’offre de moyen de paiement entraînera une hausse des prix. Soit on affirme que ces comportements sont déterminés par le cadre institutionnel dans lequel les agents se meuvent. Alors, l’énoncé initial n’a de validité que dans le cas où ces institutions sont réellement réunies. Cette distinction est extrêmement importante pour savoir de quoi l’on parle quand on évoque la « testabilité », mais aussi pour l’interprétation des résultats des tests économétriques.

Dans le premier cas, l’établissement d’une et une seule relation entre monnaie et inflation suffit pour valider l’énoncé initial. Dans le deuxième au contraire, il faudrait établir cette relation pour la totalité des configurations institutionnelles existantes, passées et à venir, pour qu’il y ait validation. A défaut de tester chaque de ces deux hypothèses sur les comportements, l’établissement d’une relation entre monnaie et prix renvoie à une indétermination théorique. En tous les cas, cette relation ne peut certainement pas permettre de trancher entre les hypothèses de comportement.

Cet exemple permet de montrer un point fondamental pour la compréhension du discours économique. Il repose presque toujours sur des conjectures complexes ou emboîtées qui ne sont donc jamais directement testables. Pour pouvoir avancer, il faut commencer par désemboîter les conjectures, les déconstruire. Alors est-il possible d’en tester certaines, et on verra par la suite que c’est le cas avec les hypothèses de comportement des agents. Mais cette possibilité est elle-même limitée. La testabilité des conjectures, dans un domaine ayant trait aux activités humaines, est toujours mise en cause par la multiplicité des paramètres et la nature de ces derniers.

Il n’en reste pas moins que se pose alors la question de l’efficacité du « test ». Ce que l’on peut chercher à tester sont les comportements humains. Des résultats importants ont été obtenus par ce que l’on appelle le « nouvelle » économie expérimentale, celle qui s’inspire des travaux d’Amos Tversky et de Daniel Kahneman[50]. Ces résultats sont intéressants, mais ils mettent surtout en évidence la dépendance des comportements individuels aux contextes[51]. Ces « tests » peuvent être dits concluant quant à l’importance de structures institutionnelles, que ces dernières soient explicites ou implicites. Mais, ces tests ne permettent pas de choisir entre l’une des nombreuses théories institutionnalistes existantes. Par contre, ils invalident une bonne part de la théorie dite « standard » des préférences individuelles.

Le problème qui est donc posé est double. Il y a celui de la pertinence du test mais il a aussi celui de l’imbrication des divers déterminants et du fait que les interactions sont rarement statiques. Quand un enseignant en économie prononce devant ses élèves ou étudiants l’expression consacrée « toutes choses étant égales par ailleurs », il ne fait que nier, à des fins pédagogiques ou démonstratives, cette multiplicité et cette imbrication. Il suppose en effet que l’on puisse, dans les activités humaines, identifier et modifier un paramètre sans que l’ensemble des relations en soit affecté. Autrement dit que les opérateurs humains cessent de s’interroger sur leur propre futur et de se demander ce que pourrait impliquer pour eux un tel changement.

II.2.    De la nécessité et de l’abus de la modélisation

 

La modélisation a apporté à la fois un nouveau degré dans la prétention à tester mais aussi de nouveau outil dont l’importance est indéniable. Encore faut-il ne pas confondre une démarche avec certaines de ses applications qui, elles, sont beaucoup plus discutables.

On ne récuse pas d’emblée la modélisation, bien au contraire. Cette dernière est souvent un instrument indispensable pour tester des hypothèses de travail, ou éclairer la décision. La modélisation repose, bien entendu, sur la clause « toutes choses étant égales par ailleurs ». Comme outil pédagogique, elle a bien des utilités. Mais, s’il faut utiliser une comparaison, un modèle n’est jamais qu’un simulateur. Et tout pilote qui s’entraîne sur un simulateur sait que le vol réel peut lui réserver bien des surprises, aussi perfectionnée que soit la machine dans laquelle il s’entraîne. La distinction entre un formalisme mathématique assis sur une axiomatique rigoureuse, et une approche permettant de rendre opérationnels des résultats, a fait l’objet d’un certain nombre de travaux en économie[52]. Ce qui est en cause ici, c’est le passage de la pédagogie à la démonstration. Il n’est d’ailleurs pas innocent que l’on puisse glisser aussi facilement du registre de l’enseignement à celui de la discussion et de la conviction. Dans une démonstration, on prétend emporter l’adhésion de ses égaux, alors que dans un enseignement on transmet dans un cadre hiérarchique des propositions que l’on est en droit de simplifier à loisir. User des méthodes de la pédagogie là où il y a discussion, c’est implicitement nier l’égalité initiale des statuts, et donc subvertir le principe même de la discussion. Dès lors, il convient de s’interroger sur l’usage qui est fait de certains modèles et de la pratique de la modélisation.

La publication au début du mois de janvier 2013 du document signé par O. Blanchard et D. Leigh sur les erreurs dans les prévisions de croissance et le multiplicateur des dépenses budgétaires[53], un paramètre clef dans de très nombreux modèles, a jeté une lumière crue sur les effets pervers de ces modèles comme instrument de justification des politiques d’austérité. Ce document reconnaissait que les valeurs du multiplicateur des dépenses publiques avaient été massivement sous-estimées dans les différents modèles de prévision. C’est en particulier le cas en France[54]. D’ailleurs, sur son Blog Maverecon, le regretté William Buiter[55], ancien Chief Economist de la BERD, s’était insurgé contre la dimension inutile et absolument superflue d’une grande partie de ces modèles DSGE. La politique décidée et appliquée par François Hollande ne pouvait donc se prévaloir d’un quelconque consensus chez les économistes. En fait, c’était plutôt le contraire.

L’hypothèse implicite de la « politique de l’offre » est donc que si l’on accroît la masse des profits à l’instant (t) (ou le taux de marge), cela poussera les entreprises à investir, augmentera la croissance, et créera des emplois. On retrouve le soi-disant « théorème » d’Helmut Schmitt « les profits d’aujourd’hui font les investissements de demain et les emplois d’après-demain ». Mais, cela suppose, implicitement, que l’investissement soit contraint par les capacités financières. Or, cela ne dit rien sur ce qui conduit un entrepreneur à investir, autrement dit le niveau anticipé de la demande à (t+1). Pourtant, la réalité est très différente de cette simplification. Il faut savoir que la question de l’investissement a mobilisé l’attention des économistes depuis de nombreuses années[56]. Le problème vient de ce que cette question est généralement abordée dans un cadre probabiliste. On suppose que l’entrepreneur (qu’il s’agisse d’un particulier, ou de l’entrepreneur dit « représentatif » ou agrégé à l’échelle de l’économie) est en mesure de fournir des probabilités concernant le profit d’un futur investissement. On retrouve ici les critiques que l’on peut formuler à l’encontre des modèles DSGE qui restent largement utilisés en prévision, comme c’est le cas avec MESANGE. Mais, ceci ne prend pas en compte la question de l’incertitude radicale[57], c’est à dire le fait que surviennent des événements qui n’ont pas été prévus, ni même imaginés.

Or, cette question est d’une importance capitale, comme George Shackle l’avait bien montré avec le problème de l’unexpected event[58]. En fait, le décideur potentiel ne se livre pas à une comparaison minutieuse de toutes les options disponibles, mais tend à se focaliser sur la meilleure et la plus mauvaise. Tout ceci a été confirmé par les résultats de la psychologie expérimentale[59]. Cette question de l’incertitude a reçu, vers la fin des années 1990 un regain d’attention[60].  Les économistes entourant François Hollande n’ont donc aucune excuse pour continuer de se cramponner aux théories probabilistes.

II.3     Données statistiques et « funny animals »

 

Il faut ensuite prendre en compte la nature des paramètres utilisés. Les statistiques économiques sont parfois des animaux bien étranges et bien malicieux pour celui qui n’y prend garde. Avec les économistes qui travaillaient dans les années 1980 sur le système soviétique j’ai pu en prendre une pleine conscience. J’ai dû, aussi, développer des méthodes spécifiques pour ne pas être victime des illusions statistiques engendrées par cette situation. Mais, le problème apparaît comme bien plus général.

On rappelle ici un simple exemple, à propos du PIB qui est largement utilisé sans aucune critique, et permettra de saisir l’ampleur du problème. Imaginons un pays dont les habitants, à la période initiale, produisent deux biens. le premier sert à leur consommation alimentaire, et il est produit dans le cadre d’exploitations familiales et non commercialisé. Le second est entièrement vendu à l’étranger et sert à payer les autres dépenses. Supposons que, dans une seconde période, les habitants de ce pays, considérant les prix relatifs de ces deux bien sur le marché mondial, décident de ne plus produire que le second, et d’acheter aussi à l’étranger leur consommation alimentaire. Si on calcule le PIB de ce pays, on mesurera une forte croissance de la première à la deuxième période, sans que cela implique que la richesse réelle du pays ait augmenté dans les faits. Le paradoxe vient de ce que le PIB (ou le PNB) ne mesure que la production commercialisée. Imaginons, maintenant, qu, au lieu de deux périodes, nous ayons deux pays différents. Le premier, celui où une large partie de la production est autoconsommée, apparaîtra dans les statistiques internationales, comme bien plus pauvre que le second. Et l’économiste, qui voudrait mesurer ce que l’ouverture sur le marché mondial apporte en richesse aux économies nationales pourra conclure, s’il n’y fait garde, que cet exemple prouve indiscutablement les bienfaits de l’ouverture. Nous sommes ici en présence d’un artefact statistique, dont je signalais l’existence dans un livre déjà ancien[61].

Il faut donc se souvenir en permanence, quand on parle de tests économétriques, de “preuves” statistiques, que les statistiques ne sont pas la réalité, mais une traduction normalisée de la réalité, traduction qui – de plus – incorpore des hypothèses importantes sur la réalité. La question qu’il faut toujours se poser est de savoir si la norme utilisée a un sens compte tenu de la réalité que l’on veut traduire. Ainsi, pour des pays dont le niveau de commercialisation des activités productives est comparable, il n’y a aucun danger à user du PIB. Mais, si les structures sociales et économiques sont hétérogènes, alors la question de la norme de traduction devient essentielle. Or, l’utilisation des statistiques économiques comme “preuves” implique que l’on se livre à des comparaisons étendues, pour que les résultats soient généralisables. On est donc obligé, d’emblée, d’inclure des situations fortement hétérogènes.

Le processus de la recherche scientifique est donc d’une toute autre complexité que les simplifications positivistes ou post-modernistes dans lesquelles les économistes du courant dominant se réfugient actuellement. Ce comportement, qui s’allie à un mépris implicite ou affiché pour les questions de méthodologie, est une caractéristique de la décadence d’une certaine économie. Toute activité à vocation scientifique qui s’avère incapable de débattre des conditions de vérification de sa pratique se nie elle-même.

La robustesse d’un fait scientifique résulte, comme le rappelle opportunément Michel Callon, d’un alliage entre des réseaux humains, des pratiques reconnues, un intérêt de la part d’un utilisateur potentiel. Cette robustesse est donc forcément temporaire, toujours susceptible d’être minée par le doute quand les réseaux se décomposent et se transforment, les pratiques évoluent, les intérêts se déplacent[62]. Une partie de l’incompréhension engendrée par le statut des résultats en économie, vérités révélées ou simples affirmations idéologiques, tient dans les illusions qu’engendre l’aveuglement volontaire sur les modes de vérifications.

 

III.      (Re)construire une méthodologie de l’économie

 

 

Un regard rétrospectif sur l’épistémologie de Keynes s’avère ici nécessaire si on veut pratiquer de manière efficace la distinction entre science et pratique scientifique[63]. En économie, la part des « évidences disponibles », c’est à dire des énoncés qui font si ce n’est l’unanimité de la profession, du moins qui sont admis par un grand nombre de chercheurs, jouent un rôle déterminant[64]. La controverse, et l’on retrouve ici un thème cher à Michel Callon, devient un élément décisif de la vérification de la pratique scientifique.

Cette controverse, et l’histoire des controverses passées, permet de séparer le poids d’un énoncé de sa probabilité. Par poids, il faut entendre, à la suite de Keynes lui-même[65], la quantité d’évidences disponibles pertinentes à un argument donné, et leur cohérence réciproque. Soutenir ainsi un énoncé par des évidences disponibles issues de champs méthodologiques opposés diminue au lieu de l’accroître le poids de l’énoncé. La probabilité d’un énoncé renvoie quant à elle au degré de vérification des évidences disponibles. Avoir une démarche scientifique, pour un économiste, ne peut donc signifier n’émettre que des conjectures testables et vérifiables. A ce compte, il serait silencieux la plupart du temps. Cela veut dire dans un premier temps évaluer, par les controverses présentes et passées, le poids des énoncés dont il se sert ou qu’il veut réfuter. Puis, quand il le peut, soumettre les évidences disponibles à l’épreuve de la vérification, tout en sachant que, du fait même de la nature de la discipline, cette dernière ne peut être que limitée et imparfaite. La vérification joue donc ici moins le rôle de l’établissement d’une preuve que de l’invalidation de certaines conjectures. Si l’énoncé A, repose strictement[66] sur les évidences x, y, z, qui elles mêmes sont liées à des conjectures a, b et g, et que l’une de ces conjectures soit testable, la validation de l’une ne prouverait pas l’énoncé, mais l’invalidation de l’une serait suffisante pour amener au rejet de l’énoncé.

Se plier à cette discipline ne garantit nullement que les résultats soient « vrais », mais établit la distinction entre une pratique scientifique de l’économie et une pratique idéologique, où les énoncés visent d’abord et avant tout à justifier des options métaphysiques ou politiques sous-jacentes[67]. De manière à peu près contemporaine, des critères plus fondamentaux ont été proposés autour des notions de réalisme  [68], et de l’opposition entre événement  et processus [69].

III.1.   La nécessité du réalisme

 

La question du réalisme est centrale; elle fait rupture avec l’instrumentalisme défendu par M. Friedman. On est ici en présence d’un problème qui dépasse de loin l’économie et concerne la totalité des sciences sociales. Ce n’est certainement pas un hasard si l’importance du réalisme, d’un point de vue méthodologique, a été soulignée à partir de l’histoire sociale[70]. L’application de cette notion en économie a été tout autant négative que positive. Dans le versant négatif, elle permet d’articuler une critique ravageuse contre l’instrumentalisme[71], critique qui touche non seulement les monétaristes et les partisans des anticipations rationnelles, mais un grand nombre de positions de l’économie dominante, y compris le néo-institutionnalisme à la Williamson. Elle a un versant positif, en ce qu’elle décrit une approche qui, rompant avec l’empirisme logique, articule les niveaux d’abstraction[72].

On trouve ainsi chez Uskali Mäki la distinction entre le « réalisme par rapport au monde » (ou World realism), qui implique qu’une théorie économique ait pour objet la compréhension du monde tel qu’il est (et non tel que l’on souhaiterait qu’il fût), et le « réalisme de vérité » (ou Truth realism), qui implique que l’on juge d’une théorie dans sa confrontation au monde et pas seulement sur ses critères de cohérence interne ou de conformité aux axiomes initiaux[73]. Le critère de Mäki soulève bien entendu le problème de ce que l’on considère comme le « monde objectif ». Il est indiscutable qu’il peut donner lieu à une dérive positiviste. Si on l’interprète en terme de contexte, intégrant donc non seulement les institutions, mais aussi l’état des sciences et techniques et surtout l’ensemble des représentations que les acteurs ont, et d’eux-mêmes et des autres, et de leur position propre et du monde dans lequel ils se meuvent, la notion de « monde » ressemble plus à ce qu’une tradition française de lutte contre le positivisme a enseigné. Néanmoins, on peut déjà constater que le « réalisme de vérité » marque une opposition nette avec les approches instrumentales. En ce sens, il y a parallélisme entre ce que propose Mäki et la nécessité invoquée il y a peu de revenir à un contenu descriptif fort contre les stratégies purement axiomatiques qui n’ont en fait d’autre but que d’immuniser celui qui les emplois contre les rencontres dérangeantes avec le monde réel[74].

Lawson[75], oppose ainsi, à l’intérieur du critère de « réalisme de vérité », la démarche où la vérification se fait à partir d’événement et celle où elle se fait sur la base d’une explicitation des processus, et donc des relations causales, qui ont donné naissance aux événements. La notion de processus, et surtout de procès, est au cœur de l’approche de Marx d’ailleurs tout comme elle est aussi centrale chez Keynes[76]. On ajoutera cependant que la détermination du processus ne peut être le seul critère de validation d’une théorie; il faut y ajouter les modes de construction (et leur critique) du processus dans cette théorie ainsi que le montre Michel Callon[77]. Sur la base de ces deux critères, une classification a été proposée par Sheila Dow, et qui a l’immense intérêt de bien préciser où sont les oppositions de paradigmes[78].

 

 

Réalisme par rapport au monde

Non-réalisme par rapport au monde

Réalisme de vérité, par les processus

Économie politique

 

Réalisme de vérité par l’événement

Instrumentalisme néoclassique

 

Refus du réalisme de vérité

Théorie néoclassique appliquée, non instrumentaliste

Théorie pure de l’équilibre général, non-appliquée

 

L’auteur de cette classification intègre, dans ce qu’elle appelle l’Économie Politique, non seulement le Post-Keynésianisme, mais aussi certains courants marxistes, les institutionnalistes, des théories comportementalistes, les néo-autrichiens et même certains courants de l’école standard. En terme de discrimination au sein de ce que Favereau avait appelé la Théorie Non-Standard on n’a guère avancé, même si les critères sont incontestablement plus généraux et ne supposent plus l’hypothèse, lourde, de ne considérer que des théories se réclamant de l’individualisme méthodologique [79].

III.2.   Une méthodologie peut-elle être « ouverte » ?

 

Si la notion de « réalisme », et avec lui de « réalité structurée », permet de surmonter certaines des difficultés que recèle la méthodologie implicite du courant actuellement dominant en économie, le risque d’une rigidification de la méthode utilisée se pose néanmoins. C’est pour cela qu’il faut sans doute opter pour ce que l’on peut appeler une méthodologie ouverte. Pour y parvenir, il faut reprendre certains des problèmes évoqués, et en premier lieu celui de la sous-détermination, c’est à dire le fait que des données économiques peuvent être utilisées pour justifier des explications dans des cadres théoriques complètement différents, autrement dit que ces données ne sont pas capables de nous permettre de choisir entre des cadres théoriques. Uskali Mäki écrit ainsi:

« La thèse de la sous-détermination proclame que les données et la logique sont insuffisantes pour contraindre le scientifique à une décision unique en terme d’adhésion ou de rejet d’une théorie donnée. Comme nous savons que de telles décisions sont prises dans les faits, nous devons admettre que d’autres contraintes se glissent ici, si nous ne voulons admettre que le procès est complètement aléatoire »[80].

Cette remarque est particulièrement importante, car elle renvoie en fait au statut double, analyste et acteur, de l’économiste. Mäki suggère que d’autres contraintes finissent par s’introduire dans le cadre conceptuel de l’économiste. Si nous considérons ce dernier dans sa fonction d’analyste, ceci pose le problème de la nature du système qu’il observe et analyse. Pour qui, à la suite de Samuelson, considère que l’économie est assimilable à un système ergodique au sens fort du terme, alors même si les observations ne sont pas directement révélatrices de lois du système, elles n’en engendrent pas moins une convergence, sous l’hypothèse que le comportement de l’analyste soit lui-même rationnel[81]. Dès lors la sous-détermination n’est que temporaire. Supposons, maintenant, que l’économie n’admette que des ergodicités limitées, autrement dit qu’elles n’existent que sous la forme de systèmes locaux et temporaires. Alors, la sous-détermination résulte d’une incapacité à collecter assez de données dans les plages de stabilité, et de l’impossibilité de comparer directement les données provenant de systèmes différents. La sous-détermination est ici structurelle et la non-convergence des interprétations ne relève pas d’un manque de rationalité mais bien d’une incapacité de fait à trancher sur la simple base des données. Si, enfin, on accepte de se placer dans l’hypothèse où l’économie ne relèverait jamais d’une hypothèse ergodique, et ce sous quelque forme que l’on puisse l’exprimer, alors la sous-détermination serait fondamentale , et la non-convergence ne résulterait pas d’une incapacité de fait, mais d’une impossibilité de principe.

Une méthodologie ouverte doit alors pouvoir fonctionner dans ces trois cas de figure, car supposer une adéquation de la méthodologie avec une de ces hypothèses, c’est supposer que nous connaissons déjà le résultat de notre programme de recherche au moment où nous en établissons les règles de fonctionnement. En effet, si l’ergodicité du système peut être affectée par des changements de règles et d’institutions (ou plus précisément si nous ne pouvons exclure qu’il puisse en être ainsi), alors le statut des données collectées change à son tour, et ce d’autant plus que le projet analytique peut être remplacé par un projet normatif (comment faire en sorte que le système fonctionne comme j’ai prédit qu’il devait fonctionner). On voit donc pourquoi le test par les données ne saurait être le critère, ni unique ni central, d’une méthodologie économique. Ceci plaide évidemment pour l’adoption de la cohérence interne et du réalisme comme normes d’évaluation.

III.3.   Esquisse d’une méthodologie économique réaliste

 

Le rejet symétrique des thèses positivistes (le test est le critère suprême de scientificité) et relativistes (il n’est pas de vérité, rien que du discours) conduit à retenir l’articulation de trois critères pour définir une démarche scientifique en économie.

I-Il faut tout d’abord que les hypothèses soient réalistes. Cette exigence découle directement de l’impossibilité dans laquelle nous nous trouvons d’être sur de pouvoir tester une hypothèse, ou d’être sur de pouvoir interpréter le résultat du test de manière indiscutable. Cette impossibilité découle de la prise en compte de trois arguments ci-dessus évoqués: (a) le degré d’emboîtement des conjectures à tester, (b) le problème de Duhem-Quine et la non-neutralité des données utilisées dans le test par rapport à la conjecture qu’elle doivent vérifier ou invalider, (c) le caractère essentiellement qualitatif des prédictions et conjectures de l’économie, confronté au caractère quantitatif des données. Ceci condamne radicalement l’instrumentalisme.

Dire qu’une hypothèse doit être réaliste n’implique pas qu’elle soit vraie. Cela suppose simplement, mais ce simplement, on le verra, est lourd de conséquences, que l’on se refuse à axiomatiser dans le vide. Ainsi, supposer que les agents sont, en tout lieu, à toute heure, en mesure de calculer la totalité des conséquences possibles de l’interaction entre une décision et l’environnement, supposition qui est consubstantielle à l’hypothèse de rationalité maximisatrice, n’est pas réaliste. De même, supposer que le temps ne se manifeste pas sous la forme d’une contrainte dans le processus de traitement du signal avant qu’une décision soit prise, autrement dit qu’il est indifférent de prendre une décision donnée aujourd’hui ou demain, le premier ou le dernier, est une autre hypothèse irréaliste. L’exigence de réalisme est donc première; elle doit s’entendre au sens du réalisme processuel que l’on a évoqué plus haut.

II-Il faut ensuite que le raisonnement soit cohérent. Un raisonnement cohérent est un discours construit dans lequel on ne fait pas entrer, sous prétexte d’une explication conjoncturelle, un élément qui soit incompatible avec les prémisses. Si on suppose les marchés imparfaits, on ne peut plus invoquer par la suite un marché parfait. Si on suppose la connaissance des agents limitée, on ne peut invoquer une règle de comportement qui impliquerait, sous une forme ou une autre, une connaissance parfaite.

Un raisonnement cohérent n’est pas forcément juste. Il est des raisonnements cohérents qui, en raison du degré d’irréalisme des hypothèses de base sont évidemment faux. L’exigence de cohérence n’est en rien décisive ou suffisante; elle ne prend son sens que dans l’articulation avec l’exigence de réalisme.

III-Il faut enfin pratiquer une testabilité limitée. dire que l’on ne peut pas tout tester, ou que les résultats ne peuvent être tenus pour naturellement indiscutables, ne signifie pas qu’il faille renoncer à tester. Le chercheur doit pratiquer une testabilité limitée ou critique, qui repose sur deux préambules:

(a)       Il faut pouvoir décomposer un argument en conjectures simples. Ceci est loin d’être toujours possible, mais doit être tenté autant que faire se peut. Le simple processus de décomposition des argumentaires a déjà une valeur critique et analytique essentielle, en permettant la mise en évidence des interactions et rétroactions. La testabilité limitée s’oppose ici à l’emploi de la clause « toutes choses étant égales par ailleurs », qui implique que le système étudié soit simple, dans le sens où l’on puisse faire varier un élément sans modifier les relations de cet élément avec le reste. La testabilité limitée part du principe que les systèmes sont complexes et tente de les réduire en systèmes simples.

(b)       Il faut procéder à une construction explicite du test , c’est à dire à une analyse critique des sources des données, des processus qui les mettent à la disposition du chercheur, de leur contenu théorique implicite (par exemple dans l’utilisation des données de PNB/PIB), du degré de généralité du test et de la procédure du test. Cette construction doit être explicite, en ce sens qu’elle doit conduire à la formulation des hypothèses qui servent à tester et pas seulement des hypothèses que l’on teste.

La testabilité limitée ne peut pas être une procédure générale et systématique. Elle s’insère dans les deux précédentes exigences de réalisme et de cohérence comme forme de rapport entre le chercheur et la réalité de l’objet sur lequel il travaille.

Une démarche qui associe et articule ces trois critères répond alors au méta-critère évoqué plus haut, la capacité à fonctionner quel que soit le degré d’ergodicité du système étudié. On rappelle que l’on peut être en présence de trois situations distinctes, celle où le système vérifie une hypothèse ergodique forte, celle ou n’est vérifiée qu’une hypothèse ergodique limitée et temporaire, et celle, enfin, de rejet de toute hypothèse ergodique. C’est dans le premier cas que la testabilité limitée prendra le plus de poids. Par rapport à une démarche instrumentaliste, on est au pire à égalité, et plus probablement avec un léger avantage, car la déconstruction des conjectures et des procédures assure une vérification instantanée des pratiques du chercheur, que ne permet pas l’instrumentalisme traditionnel. Si nous sommes dans le second cas, l’instrumentalisme est incapable d’engendrer une convergence des prévisions. La testabilité doit nécessairement être reléguée au second plan au profit des critères de cohérence et de réalisme. Si nous sommes dans la troisième situation, alors l’instrumentalisme est impossible par nature. Pour autant, en raison de la présence du couple cohérence/réalisme, le chercheur n’est pas dépourvu de moyens d’intelligence et de critique de sa pratique. La testabilité limitée a, ici, l’utilité de vérifier son impossibilité, ce qui serait impossible pour une démarche se fiant seulement et uniquement à la cohérence ou au réalisme.

[1] Cartelier J. et A. D’Autume (eds), L’économie est-elle une science dure ?, Economica, Paris, 1995.

[2] Boyer R., « L’avenir de l’économie comme discipline », in L’Economie Politique, 2003/3 n° 19, pages 33 à 47.

[3] Sur cet événement, hautement symbolique, on lira Roger Lowenstein, When Genius Failed : The Rise and Fall of Long-Term Capital Management, New York, Random House, 2000, et Nicholas Dunbar, Inventing Money : The Story of Long-Term Capital Management and the Legends behind It, New York, John Wiley & Sons, 2001.

 

Notes

 

[1] Hausman D., The Inexact and Separate Science of Economics, Cambridge University Press, Cambridge, 1992

[2] Caldwell B., Beyond Positivism: Economic Methodology in the Twentieth Century, Allen & Unwin, Londres, 1982. B. Caldwell, (ed.), Appraisal and Criticism in Economics, Allen & Unwin, Londres, 1984. D. Hausman, (ed.), The Philosophy of Economics: an Anthology, Cambridge University Press, Cambridge, 1984. S.C. Dow, « Mainstream Economic Methodology », in Cambridge Journal of Economics, vol. 21, n°1/1997, pp. 73-93.

[3] Nadeau R., « Carl Menger et le Methodenstreit », communication faite aux Journées d’étude sur les «économistes autrichiens 1870-1939», Université de Picardie – Jules Vernes, Amiens,19-21 mai 1999.

[4] Mill, J. S., « On the Definition of Political Economy and on the Method of Investigation Proper to It », in Collected Works of John Stuart Mill, Vol. 4, University of Toronto Press, Toronto, p. 120-164, (1836, 1967).

[5] Friedman M., « The Methodology of Positive Economics », in M. Friedman, Essays in Positive Economics, Chicago, University of Chicago Press, 1953, pp. 3-43

[6] Nadeau R., « Carl Menger et le Methodenstreit », op.cit., p.14.

[7]  Morgan, M. S., « Experiments versus Models: New Phenomena, Inference and Surprise », Journal of Economic Methodology, 12(2), 2005, pp. 317-329.

[8] Mirowski P., More heat than light, Cambridge University Press, Cambridge, 1990

[9] Cartelier J. et A. D’Autume (eds), L’économie est-elle une science dure ?, op.cit..

[10]  https://www.alternatives-economiques.fr/messieurs-cahuc-zylberberg-decouvrent-science/00012139

[11] Voir ainsi E.R. Weintraub, « Methodology doesn’t matter, but history of thought might », in S. Honkapohja, (ed.), Wither Macroeconomics?, Basil Blackwell, Oxford, 1989.

[12] B.J. Caldwell, « Economic Methodology: Rationale, Foundation, Prospects », in U. Mäki, B. Gustafsson et C. Knudsen, (eds.), Rationality, Institutions & Economic Methodology, Routledge, Londres-New York, 1993, pp. 45-60. Idem, « Does Methodology matters? How should it practiced? », in Finnish Economic Papers, vol.3, n°1/1990, pp. 64-71.

[13] Voir T.W. Hutchison, The Significance and Basic Postulates of Economic Theory, Macmillan, Londres, 1938.

[14] A. Insel, “Une rigueur pour la forme: Pourquoi la théorie néoclassique fascine-t-elle tant les économistes et comment s’en déprendre?”, in Revue Semestrielle du MAUSS, n°3, éditions la Découverte, Paris, 1994, pp. 77-94.

[15] Par exemple M. Blaug, The Methodology of Economics , Cambridge University Press, Cambridge, 1980.

[16] Mirowski P., « How not to do things with metaphors: Paul Samuelson and the science of Neoclassical Economics », in Studies in the History and Philosophy of Science, vol. 20, n°1/1989, pp. 175-191. Pour une critique plus générale sur le modèle de scientificité de la physique, P. Mirowski, More heat than light, Cambridge University Press, Cambridge, 1990.

[17] P.A. Samuelson, “Classical and Neoclassical theory”, in R.W. Clower, (ed.), Monetary Theory, Penguin, Londres, 1969.

[18]  J. Cartelier et A. D’Autume (eds), L’économie est-elle une science dure?, op.cit..

[19] M. Friedman, « The Methodology of Positive Economics », op.cit…

[20] B. Caldwell, Beyond Positivism: Economic Methodology in the Twentieth Century, op.cit.. Voir aussi W. Mason, « Some negative thoughts on Friedman’s Positive Economics », in Journal of Post-Keynesian Economics, vol. 3, n°2/1981, pp. 235-55.

[21] O.E. Williamson, The Economic Institutions of Capitalism, Firms, Market, Relational Contracting, Free Press, New York, 1985, pp. 391-2.

[22] P. Duhem, The Aim and structure of Physical Theory, Princeton University Press, Princeton, NJ, 1954. W. Quine, « Two Dogmas of Empiricism », in W. Quine, From a Logical Point of View, Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1953, pp. 20-46.

[23] D.W. Hands, « Popper and Lakatos in Economic Methodology », in U. Mäki, B. Gustafsson et C. Knudsen, (eds.), Rationality, Institutions & Economic Methodology, op.cit., pp. 61-75. J.J. Klant, « Refutability », in Methodus , vol. 2, n°2/1990, pp. 34-51.

[24] D.W. Hands, « Popper and Lakatos in Economic Methodology », op.cit., p. 64.

[25] K. Popper, Realism and the Aim of Science, Rowman & Littlefield, Totowa, NJ, 1983, p. xxxv.

[26] D.W. Hands, « Popper and Lakatos in Economic Methodology », op.cit., p. 65.

[27] D.W. Hands, Testing, Rationality and Progress: Essays on the Popperian Tradition in Economic Methodology, Rowman & Littlefield, Latham, NJ, 1992. D.M. Hausman, « An Appraisal of Popperian Methodology » in N. de Marchi, (ed), The Popperian Legacy in Economics, Cambridge University Press, cambridge, 1988, pp. 65-85. U. Mäki, « Economic Methodology: complaints and guidelines », in Finnish Economic Papers, vol.3, 1990, n°1, pp. 77-84.

[28] I. Lakatos, « Falsification and the Methodology of Scientific Research Programmes », in I. Lakatos et A. Musgrave, (eds.), Criticism and the Growth of Knowledge, Cambridge University Press, Cambridge, 1970, pp. 91-196.

[29] E.R. Weintraub, General Equilibrium Analysis, Studies in Appraisal, Cambridge University Press, Cambridge, 1985. M. Blaug, « Ripensamenti sulla rivoluzione keynesiana », in Rassegna Economica, vol. 51, n°3, 1987, pp. 605-634.

[30] G. Fulton, « Research Programmes in Economics », in History of Political Economy, vol. 16, n°2, 1984, pp. 27-55.

[31] R. Cross, « The Duhem-Quine thesis, Lakatos and the Appraisal of Theories in Macroeconomics », in Economic Journal, vol. 92, n°2, 1982, pp. 320-340.

[32] D.W. Hands, « Popper and Lakatos in Economic Methodology », op.cit., p. 68. Voir aussi D.W. Hands, « Second Thoughts on Lakatos », in , History of Political Economy,  vol. 17, n°1, 1985, pp. 1-16.

[33] D. McCloskey, The Rhetoric of Economics, University of Wisconsin Press, Madison, Wisc., 1985.

[34] P. Feyerabend, Against Method: Outline of an Anarchistic Theory of Knowledge, Verso Edition, Londres, 1975.

[35] Pour une critique de la dimension instrumentaliste chez McCloskey, U. Mäki, « How to Combine Rhetoric and Realism in the Methodology of Economics », in Economics and Philosophy, vol. 4, n°1/1988, pp. 89-109; Idem, « Realism, Economics and Rhetoric: a Rejoinder to McCloskey », in Economics and Philosophy, vol. 4, n°1/1988, pp. 167-169.

[36] Samuelson P.A., “Classical and Neoclassical theory”, in R.W. Clower, (ed.), Monetary Theory, Penguin, Londres, 1969

[37] Mirowski P., « How not to do things with metaphors: Paul Samuelson and the science of Neoclassical Economics », in Studies in the History and Philosophy of Science, vol. 20, n°1/1989, pp. 175-191. Pour une critique plus générale sur le modèle de scientificité de la physique, P. Mirowski, More heat than light, Cambridge University Press, Cambridge, 1990.

[38]  Hausman D., The Inexact and Separate Science of Economics, op.cit., pp. 264-268.

[39]  M. Bleaney, « An Overview of Emerging Theory », in D. Greenaway et alii, (eds.), Companion to Contemporary Economic Thought, Routledge, Londres et New York, 1991.

[40]  S.C. Dow, « Mainstream Economic Methodology »,op.cit, p. 87.

[41] P. Bourdieu, La Distinction – Critique sociale du jugement , Éditions de Minuit, Paris, 1979, p. 111.

[42] Idem, voir note 6, p. 194.

[43] B. Latour, La vie de laboratoire, La Découverte, Paris, 1988. B. Latour et S. Woolgar, Laboratory Life: The Construction of Scientific Facts, Princeton University Press, Princeton, NJ, 1979.

[44] U. Mäki, « Social Theories of Science and the Fate of Institutionalism in Economics », in U. Mäki, B. Gustafsson et C. Knudsen, (eds.), Rationality, Institutions & Economic Methodology, Routledge, Londres-New York, 1993, pp.76-109, p. 86-7.

[45] R. William et J. Law, « Beyond the Bounds of Credibility », in Fundamenta Scientiae , vol. 1, 1980, pp. 295-315.

[46] M. Callon et J. Law, « La protohistoire d’un laboratoire », in M. Callon, (sous la direction de), La Science et ses réseaux , La Découverte, Paris, 1989, chapitre 2, p. 67.

[47]  ROTH, A. E. (éd.) (1987), Laboratory Experimentation in Economics: Six Points of View, Cambridge University Press, Cambridge. TUGWELL, R. G. (1924), « Experimental Economics », in  TUGWELL, R. G. (éd.), The Trend of Economics, Alfred A. Knopf, New York, p. 371-424

[48] Cot A.L. et S. Ferey, (2016) « La construction de « faits » économiques d’un nouveau type : éléments pour une histoire de l’économie expérimentale » in L’Actualités Economique, Volume 92, N° 1-2, Mars-Juin 2016.

[49] Kindleberger C.P., Manias, Panics and Crashes – A History of Financial Crises, New York, Basic Books, 1989.

[50]  Kahneman, D. et A.  Tversky, (1979), « Prospect Theory: An Analysis of Decision under Risk », Econometrica, 47(2) : 263-291.

[51] Sapir J., (2005), Quelle économie pour le XXIème siécle ?, Paris, Odile Jacob, ch. 1.

[52] Voir par exemple F.H. Hahn, « Keynesian economics and general equilibrium theory: reflections on some current debates » in G.C. Harcourt, (ed.), The Microfoundations of Macroeconomics , Macmillan, Londres, 1977. B.J. Loasby, The Mind ans Methods of the Economist: A critical appraisal of major economists in the XXth Century , Edward Elgar, Aldershot, 1989, en particulier chapitre 8. D.M. Haussman, The Inexact and Separate Science of Economics , op.cit..

[53] Blanchard O. et D. Leigh, « Growth Forecast Errors and Fiscal Multipliers », IMF Working Paper, WP/13/1, FMI, Washington D.C., 2013..

[54] Klein C. et O. Simon, Le modèle MÉSANGE réestimé en base 2000. Tome 1 – Version avec volumes à prix constants, Direction des Études et Synthèses Économiques, INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES, Document de Travail, 2010, p.12, http://www.insee.fr/fr/publications-et-services/docs_doc_travail/G2010-03.pdf, encadré p. 74.

[55] http://blogs.ft.com/maverecon/2009/03/the-unfortunate-uselessness-of-most-state-of-the-art-academic-monetary-economics/

[56] Voir le numéro spécial de la revue Économie et Statistique, N°341-342 consacré entièrement à cette question, et en particulier l’introduction réalisée par Épaulard, A., « À la recherche des déterminants de l’investissement des entreprises », in Économie et Statistique, N°341-342, 2001, pp. 3-14. Pour un bon bilan des nouvelles théories de l’investissement ; voir : Bourdieu J, Benoît Cœuré et Béatrice Sédillot « Investissement, incertitude et irréversibilité », Revue économique, Volume 48, n°1, 1997. pp. 23-53.

[57] Malinvaud, E, « Profitability and investment facing uncertain demand », Document de travail de l’INSEE, n° 8303, Paris, 1983.

[58] G.L.S. Shackle, Anticipations in Economics, Cambridge University Press, Cambridge, 1949.

[59] Kahneman D., J. Knetsch et R. Thaler, “The Endowment Effect, Loss Aversion and StatuQuo Bias” in Journal of Economic Perspectives , vol. 5/1991, n°1, pp. 193-206. D. Kahneman et A. Tversky, “Prospect Theory: An Analysis of Decision Under Risk” in Econometrica, vol. 47, n°2, mars 1979.

[60] Carruth A., Dickerson A. et Henley A. (2000), « What Do We Know About Investment Under Uncertainty ? », Journal of Economic Surveys, vol. 14, n° 2, pp. 119-153.

[61] Sapir J., La Démondialisation, Paris, Le Seuil, 2011.

[62] M. Callon, (sous la direction de), La Science et ses réseaux , op.cit., pp. 25-31.

[63] Sur cette épistémologie, on se réfèrera à  A.M. Carabelli, On Keynes’s Method, Macmillan, Londres, 1988; R.M. O’Donnel, Keynes’s Philosophy, Economics and Politics: The Philosophical Foundations of Keynes’s Thought and their influences on his Economics and Politics , Macmillan, Londres, 1989.

[64] S.C. Dow, « The appeal of neoclassical economics: some insights from Keynes’s epistemology », in Cambridge Journal of Economics , vol. 19, n°5, 1995, pp. 715-733, p. 716.

[65] J.M. Keynes, A Treatise on Probability , republié in Collected Writings , vol. VIII, Macmillan, Londres, 1973; voir le chapitre 6.

[66] Au sens où la totalité de la chaîne rethorique doit être validée pour que le résultat final le soit.

[67] Sur ce point voir le grand ouvrage de Gunnar Myrdal dont les opinions, exprimées en 1920, restent parfaitement d’actualité aujourd’hui. G. Myrdal, The Political Element in the Development of Economic Theory , Transaction Publishers, New Brunswick et Londres, 1990; première édition en anglais, 1954; première édition en suédois, 1930.

[68] U. Mäki, « How to combine rethoric and realism in the methodology of economics » in Economics and Philosophy, vol.4, avril 1988, pp. 353-373.

[69] T. Lawson, « Realism and instrumentalism in the development of econometrics », in Oxford Economic Papers, vol. 41, janvier 1989, pp. 236-258.

[70] C. Lloyd, Explanations in Social History, Basil Blackwell, Oxford, 1986.

[71] T. Lawson, « Realism, closed systems and Friedman », in Research in the History of Economic Thought and Methodology, vol. 10, 1992, pp. 196-215. U. Mäki, « Friedman and Realism », in Research in the History of Economic Thought and Methodology, vol. 10, 1992, pp. 171-195.

[72] U. Mäki, « Friedman and Realism », op.cit.. Idem, « On the Problem of Realism in Economics », in Ricerche Economiche, vol. 43, n°1-2, 1989, pp. 176-198. B.J. Caldwell, « Economic Methodology: Rationale, Foundation, Prospects », op.cit..

[73] U. Mäki, « How to combine rethoric and realism in the methodology of economics », op.cit..

[74] H. Brochier, « Pour un nouveau programme de recherches en économie », in Revue semestrielle du MAUSS, Pour une autre économie, n°3, La Découverte, Paris 1994, pp. 141-152

[75] T. Lawson, « Realism and … », op. cit..

[76] A.M. Carabelli, On Keynes’s Method …, op. cit..A. Fitzgibbons, Keynes’s vision , Oxford University Press, Oxford, 1988.

[77] M. Callon (sous la direction de), La Science…, op. cit..

[78] S.C. Dow, « Post-Keynesianism as political economy: a methodological discussion », in Review of Political Economy, vol.2, n°3, 1990, pp. 345-358; voir p. 349.

[79]  O. Favereau, « Marchés internes, Marchés externes », op. cit..

[80] U. Mäki, « Social Theories of Science and the Fate of Institutionalism in Economics », op.cit., p. 80.

[81] Au sens donné par L. Laudan, Progress and its Problems, Routledge & Keagan Paul, Londres, 1977, voir en particulier  pp. 188-9 et p. 222.

CIHAM (UMR 5648) – HiSoMA (UMR 5189) – IAO (UMR 5062) – LARHRA (UMR 5190) – Triangle (UMR 5206)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search